Plus de détails

John Jenkins (1592-1678) : Fantaisie en sol majeur ; Ayre Divisions en sol majeur. Matthew Locke (1622-1677) : Suite II en sol majeur ; Suite VI en fa majeur ; Suite en ré mineur. Henry Purcell (1659-1695) : Sonate IV-Ground en ut mineur ; Pavane en la majeur ; Sinfonia en ré mineur ; Ground en ré mineur ; Sonate VI (Chaconne) en ut mineur. Ensemble Tripla Concordia (Lorenzo Cavasanti et Giulio Capocaccia, flûtes à bec ; Caroline Bœrsma, violoncelle ; Sergio Ciomei, clavecin et orgue). 1 CD Cantus Records C 9614 (distribution Integral Classics). Enregistré en Italie en 1996 (première sortie 1998). Notice trilingue : espagnol, français, anglais. Durée 56’18.

 

cantus_purcell_ayre-300x254Triple alliance ? Triple entente ? Tripla Concordia (du nom d’un recueil de musique instrumentale paru à Londres en 1677) se concrétise aujourd’hui par les conditions propres à cet enregistrement : des musiciens italiens jouant une musique anglaise et édités par un label espagnol. Bonjour l’Europe unie ! Au-delà du clin d’œil politique, la réalité artistique : qu’ont donc en commun (et de remarquable) les compositeurs rassemblés ici ? D’abord une propension manifeste à « pratiquer » le Broken Consort (littéralement : concert brisé), désignant un ensemble instrumental composé de familles différentes -essentiellement cordes et vents – en même temps qu’une série de pièces sans nécessaire lien entre elles ; et puis une filiation évidente : (souvent considéré comme le Marin Marais anglais) et qui connut quatre souverains au cours de sa longue carrière, (élève d’Orlando Gibbons) et , l’« Orfeus Britannicus », considéré, lui, comme le Jenkins de son époque et qui, en 1677, succède à M. Locke après le décès de ce dernier, comme compositeur des Violons du Roi.

L’ensemble Tripla Concordia nous propose ici un échantillonnage de musique instrumentale illustrant les formes en usage dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIe siècle : de la Suite de danses (incluant Airs et Fantaisies – Fancy -) au Ground (variations sur une basse contrainte) en passant par la Sonate en trio d’influence italienne.

Locke et Jenkins (mais Purcell n’est ni en reste, ni en opposition) faisant référence à  : The Division-Violist en 1659, conseillent aux violistes une alternance entre les parties hautes et basses pour partager le thème et la réponse de la Division (la Division représentant les variations instrumentales). Alternance scrupuleusement appliquée ici, ce qui fait du violoncelle et du clavecin – ou de l’orgue – autre chose qu’un simple continuo.

On nous explique, dans la première partie de la notice, que le terme de Ayre était, au XVIIe siècle synonyme de chanson (ce qu’on admet aisément) et que, par ailleurs, il convient d’en appréhender le sens homonymique : Air, en tant qu’élément cosmogonique « associé au vent et au souffle » et situé entre ciel et terre (sic)…. Difficile d’adhérer à cette thèse pour le moins oiseuse. Plus intéressante, en revanche, se révèle une seconde partie consacrée aux compositeurs et à leur musique (mais les germanistes chercheront vainement la version allemande annoncée cependant au dos du boîtier).

Si la technique des interprètes nous paraît sans faille, les timbres de grande pureté ( flûtes ! omniprésentes…), cette musique « touche » cependant peu, n’émeut guère et l’écoute en continu peut engendrer quelque lassitude. L’intérêt réside essentiellement dans les subtilités d’écriture, l’invention mélodique et rythmique. (On remarquera au passage que la Sarabande à l’anglaise, vive et légère n’a rien à voir avec celle de la Suite française, par exemple, de caractère lent et solennel).

Au final, un disque d’une parfaite réussite technique pour une musique esthétisante qui privilégie la forme mais qui atteint peu l’âme….

N. B. Cantus Records, distribué jusqu’à fin 2004 par M 10 a aujourd’hui rejoint Intégral Classics Distribution.

(Visited 106 times, 1 visits today)

Plus de détails

John Jenkins (1592-1678) : Fantaisie en sol majeur ; Ayre Divisions en sol majeur. Matthew Locke (1622-1677) : Suite II en sol majeur ; Suite VI en fa majeur ; Suite en ré mineur. Henry Purcell (1659-1695) : Sonate IV-Ground en ut mineur ; Pavane en la majeur ; Sinfonia en ré mineur ; Ground en ré mineur ; Sonate VI (Chaconne) en ut mineur. Ensemble Tripla Concordia (Lorenzo Cavasanti et Giulio Capocaccia, flûtes à bec ; Caroline Bœrsma, violoncelle ; Sergio Ciomei, clavecin et orgue). 1 CD Cantus Records C 9614 (distribution Integral Classics). Enregistré en Italie en 1996 (première sortie 1998). Notice trilingue : espagnol, français, anglais. Durée 56’18.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.