À emporter, CD, Musique d'ensemble

Hommage à Thomas Tallis par l’Oxford Camerata

Plus de détails

Thomas Tallis (1505 ?-1585). Spem in alium ; Salve intemerata ; Missa Salve intemerata ; With all our heart ; Discomfort them O Lord ; I call and cry to thee, O Lord. Oxford Camerata, direction Jeremy Summerly. 1CD Naxos 8. 557770. Enregistré du 21 au 23 Janvier 2005. DDD. Notice intéressante, uniquement en anglais. Durée 77’19.

 

Les Clefs ResMusica

(1505?-1585) fut un des plus importants compositeurs anglais de la Renaissance. Organiste au prieuré de Douvres en 1532, puis à St-Mary-at-Hill à Londres en 1537, organiste ou chef de chœur de l’abbaye de la Sainte-Croix à Waltham (Essex) de 1530 à 1540 environ, devint gentilhomme, organiste, chanteur et compositeur de la Chapelle Royale et de la Cour en 1542. Il tint ce poste sous Henri VIII, Edouard VI, Mary Tudor et Elizabeth 1ère, rejoint en 1572 par William Byrd, son élève, avec qui il obtint en 1575 le privilège exclusif d’importer, imprimer, publier, vendre de la musique et d’imprimer du papier musique. Formé au modèle de la polyphonie et du contrepoint franco-flamands, il composa principalement de la musique vocale sacrée.

Ce qui est particulièrement intéressant dans l’œuvre religieuse de est qu’elle traversa la Réforme, quand Henry VIII rompit avec le Pape qui refusait d’annuler son mariage. Le roi fonda alors une Eglise anglaise, qui aboutit à l’anglicanisme sous le règne d’Elizabeth 1ère. Le catholicisme fut alors interdit et les récalcitrants passibles de mort. Ainsi le motet Salve intemerata, une prière à la Vierge écrite pour cinq voix, œuvre de jeunesse probablement, tout comme la Missa Salve intemerata, messe empruntant à la forme du motet, devinrent hors la loi.

Bien que restant profondément attaché au catholicisme, Tallis composa alors des pièces conformes à la nouvelle liturgie (services, anthems…), sur des textes anglais, passant à cette occasion d’un style contrapuntique à un style plus vertical représentant l’idéal de simplicité et d’intelligibilité préconisée par la réforme anglicane, mais il ne dédaigna toutefois pas d’emprunter à ses compositions antérieures. I call and cry to thee, O Lord fut tout d’abord une pièce instrumentale, sur laquelle les paroles se sont greffées par la suite, With all our heart provient du motet Salvator mundi. Plus amusant est le cas de l’anthem Discomfort them, qui acquit ses paroles anglaises trois ans après la mort de Tallis.

Le compositeur, protégé par la reine Elizabeth, continua néanmoins à écrire des œuvres en latin, tel son œuvre la plus réputée, véritable tour de force, le motet pour quarante voix indépendantes Spem in alium. En 1567 le compositeur italien vint à Londres, apportant avec lui la partition Ecce beatam lucem, motet à quarante voix. Selon un témoignage datant de 1611, un gentilhomme mélomane, probablement le duc de Norfolk, demanda « si aucun de nos anglais ne pouvaient composer de la si bonne musique ». En conséquence, « on envoya chercher Tallis, qui était très habile, pour relever le défi, ce qu’il fit ». L’œuvre fut exécutée pour la première fois dans la Long Gallery d’Arundel House à Londres en 1570 par un chœur d’hommes comprenant probablement aussi de jeunes garçons, et dirigé par le compositeur.

En hommage au 500ème anniversaire de la naissance de Thomas Tallis et pour célébrer le 21ème anniversaire de l’Oxford Camerata, c’est donc à un panorama complet, embrassant toutes les périodes de la vie créatrice du compositeur que nous convie l’Oxford Camerata sous la direction de Jeremy Summerly. Les anciens membres ont été appelés pour la circonstance à rejoindre l’équipe actuelle afin d’obtenir les quarante voix nécessaires à l’exécution de Spem in allium. Le résultat est séduisant, et d’une probité exemplaire.

L’interprétation de l’Oxford Camerata est un bonheur : souplesse de la ligne, soutien du phrasé, finesse et transparence du son. Un seul défaut au niveau du pupitre des sopranos, qui sonne parfois un peu agressif, provoquant des réverbérations bizarres. Que ceux qui craignent la monotonie d’un peu plus d’une heure de chœurs a capella se rassurent : on ne s’ennuie jamais. Un excellent moment à passer pour tout amateur de motets de la Renaissance.

Plus de détails

Thomas Tallis (1505 ?-1585). Spem in alium ; Salve intemerata ; Missa Salve intemerata ; With all our heart ; Discomfort them O Lord ; I call and cry to thee, O Lord. Oxford Camerata, direction Jeremy Summerly. 1CD Naxos 8. 557770. Enregistré du 21 au 23 Janvier 2005. DDD. Notice intéressante, uniquement en anglais. Durée 77’19.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.