Plus de détails

Piotr Illich Tchaïkovski ( 1840-1893) : Concerto pour violon et orchestre en ré majeur op. 35. Jean Sibelius (1865-1957) : Concerto pour violon et orchestre en ré mineur op. 47. Julian Sitkovetsky, violon ; Orchestre National de Belgique (Tchaïkovski), direction : Franz Andre ; Philharmonie Tchèque (Sibelius), direction : Nikolay Anosov. 1 CD SYD Records SYD 006. Enregistré en 1955 et 1953. Durée 62’02.

 

SYD Records

Les dynasties musicales et familiales sont légion mais leur vraie pertinence musicale est inégale. Oïstrakh père et fils, les Menuhin ou la lignée des André n’ont pas connu la même fortune médiatique. Peu d’entre nous savait que Dimitri Sitkovetski avait un père et encore moins qu’il était fort apprécié d’abord en Russie puis à l’Ouest après avoir franchi le rideau de fer.

A l’instar de la « succession Celididache », les Sitkovetski sont soucieux du patrimoine sonore de leur illustre père fondateur. Les concertos de Tchaïkovski et de Sibelius nous reviennent ainsi dans de superbes éditions d’une qualité sonore remarquable.

C’est Sibelius qui s’impose de toute évidence et il faut bien admettre que d’Oïstrakh à Gidon Kremer, les violonistes russes (ou d’origine russe) ont souvent bien capté le langage particulier de cette œuvre majeure. Le Sibelius de Sitkovetsky brille d’un feu de glace, l’archet est intense, la rigueur constante.

Après une introduction orchestrale sur trémolos de cordes vraiment « nordique », le violon s’empare du discours musical et nous entraîne au pays de Sibelius, emmène l’auditeur au royaume de ces mélodies grinçantes, tourmentées et par instants majestueuses qui font de cet œuvre un des concertos majeurs de tout le répertoire. Peu importe alors que le chef soit un illustre inconnu (Nikolay Anosov) qui dirige pourtant la Philharmonie Tchèque. Le Tchaïkovski paraîtra plus académique, précis et pertinent mais empreint de si peu de folie slave que d’aucun voudront revenir à leurs Ferras, Stern et autres Mutter.

L’art de n’a pourtant pas fini de nous interpeller.

Plus de détails

Piotr Illich Tchaïkovski ( 1840-1893) : Concerto pour violon et orchestre en ré majeur op. 35. Jean Sibelius (1865-1957) : Concerto pour violon et orchestre en ré mineur op. 47. Julian Sitkovetsky, violon ; Orchestre National de Belgique (Tchaïkovski), direction : Franz Andre ; Philharmonie Tchèque (Sibelius), direction : Nikolay Anosov. 1 CD SYD Records SYD 006. Enregistré en 1955 et 1953. Durée 62’02.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.