À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Les cordes curieuses : feu italien et douceur française

Plus de détails

Jean-Ferry Rebel (1666-1747). Sonates pour violons & basse continue. L’Assemblée des Honnestes curieux : Amandine Beyer, violon ; Alba Roca, violon ; Baldomero Barciela, basse de viole ; Ronaldo Lopes, théorbe ; Chiao-Pin Kuo, clavecin. 1 CD Zig-Zag. Réf. : ZZT051102. Enregistrement réalisé du 20 au 24 juin 2005 à l’Eglise du Bon Secours à Paris, 11e. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 51’45.

 

D’une famille de musiciens, Jean-Ferry Rebel est le fils de Jean Rebel, ténor en poste à la Chapelle Royale. Il est repéré dès son jeune âge par Lully qui lui enseigne le violon et la composition, il devient ensuite membre de l’Académie Royale et des Vingt-quatre Violons. Du domaine du profane (exceptées six leçons de ténèbres composées avec Lalande, son beau-frère, mari de sa sœur aînée Anne-Renée, chanteuse à la cour de Louis XIV) ses œuvres font ressortir toute la subtilité du violon. Il se consacre plus tard à l’art de la danse avec la « symphonie de danse autonome » ainsi qu’à des « airs sérieux et à boire » et fera l’expérience de l’opéra, ceci dit sans grand succès.

Les sonates sélectionnées pour cet enregistrement proviennent en partie du Recueil de douze sonates à deux et à trois parties avec la basse chiffréepubliée en 1712 et desSonates à violon seul mellées de plusieurs récits pour la viole publiées en 1713. Une première fois créée en 1641, l’Assemblée des Honnestes Curieux, rassemblait quelques musiciens pour offrir des concerts publics. L’Assemblée des Honnestes Curieux renaît en 1997 sous la forme d’un jeune ensemble souhaitant transmettre les répertoires des XVIIe et XVIIIe siècles. Il s’agit ici de leur troisième enregistrement après des pièces en trio de Marin Marais et des sonates de Georg Friedrich Haendel. Ses musiciens se distinguent bien évidemment en solo et participent également à d’autres formations telles que le Concert Français, La Grande Ecurie, l’Amsterdam Baroque Orchestra… « Rebel a vraiment mis dans ses sonates du génie et du feu italien, mais il a eu le goût et le soin de les tempérer par la sagesse et la douceur françaises, et il s’est abstenu de ces chustes (sic) effrayantes et monstrueuses qui font les délices des italiens ».

Sans aller jusqu’aux extrêmes de Le Cerf de la Viéville dans sa Comparaison de la musique italienne et de la musique française publiée en 1704, l’influence italienne est plus que visible dans ces sonates. Les styles français et italiens y sont réunis liant ainsi l’expressivité et le feu italien au tempérament et à la rhétorique française ; et ces sonates font penser à Corelli, Vivaldi, Veracini ou Couperin par exemple selon les mouvements. N’oublions pas de préciser qu’avant de prendre le nom de Jean-Baptiste Lully, le maître de Rebel s’appelait Florentin Giambattista Lulli…

La première des sonates de ce CD est d’ailleurs dédiée au maître de Rebel, intituléeTombeau de Monsieur de Lullydite la Septième Sonate, les mouvements y sont contrastés mais démontrent une virtuosité constante d’écriture pour le violon. La magnifique chaconne de la Onzième Sonate en si bémol majeur prouve encore une fois la virtuosité des violonistes avec des suivis de piqués et liés et un fondu constant avec le clavecin.

Virtuosité et technicité sont parfaitement démontrés dans cette très belle interprétation. Le jeu d’Amandine Beyer et Alba Boca prouve leurs parfaites maîtrises de la technique sur des instruments de très grande qualité, sans oublier de révéler les contrastes de jeu avec une ornementation présente sans être excessive.

L’œuvre est dynamique, le mélomane se laisse emporter par cette verve franco-italienne et le subtil mélange dans l’interprétation de vivacité et de douceur.

(Visited 128 times, 1 visits today)

Plus de détails

Jean-Ferry Rebel (1666-1747). Sonates pour violons & basse continue. L’Assemblée des Honnestes curieux : Amandine Beyer, violon ; Alba Roca, violon ; Baldomero Barciela, basse de viole ; Ronaldo Lopes, théorbe ; Chiao-Pin Kuo, clavecin. 1 CD Zig-Zag. Réf. : ZZT051102. Enregistrement réalisé du 20 au 24 juin 2005 à l’Eglise du Bon Secours à Paris, 11e. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 51’45.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.