À emporter, Audio, Musique symphonique

Mahler, Symphonie n°9, Michael Tilson Thomas

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1910) : Symphonie n°9. San Francisco Symphony, direction : Michael Tilson Thomas. 2 SACD Hybrides SFS Media 821936-0007-2. Enregistré en public au Davies Symphony Hall, San Francisco en septembre et octobre 2004. Notice en français, anglais et allemand. Durée : 89’11

 

Poursuivons la découverte de l’intégrale du avec une symphonie n°9 enregistrée encore une fois en concert en 2004. La symphonie n°7 que nous avions commentée précédemment était plastiquement réussie mais souffrait d’un manque de souffle et d’unité, cette neuvième est tout aussi belle d’un point de vue orchestral, mais la vision de est bien plus cohérente, faisant de ce disque une très grande réussite.

Cette version est originale, car contrairement à l’usage habituel, MTT fait de cette symphonie une œuvre d’espoir et de quiétude plus qu’un testament amer et résigné.

Véritable piliers de l’œuvre, les deux mouvements extrêmes sont des sommets d’humanisme généreux et d’émotion pudique et sincère : le premier mouvement, très fluide, baigne dans une lumière douce et dans un climat apaisé, alors que l’adagio final, au lyrisme sobre et serein est un chant d’amour tranquille et confiant. MTT ne verse pas pour autant avec ces mouvements dans l’optimisme, et la tristesse est présente, mais elle est diffuse, plus suggérée qu’exposée, et elle ne verse jamais dans le pathétique exacerbé. Entre ces deux mouvements qui sont tout de douceur et d’émotion contenue, Scherzo et Rondo Burleske sont plus traditionnels, mais pas moins convaincants. On retiendra la souplesse des accélérations d’un deuxième mouvement fin et précis, dans lequel les vents se couvrent de gloire, et le mordant d’un Rondo Burleske sauvage et ironique, à la clarté polyphonique parfaite.

L’enregistrement est excellent. Révélant une profusion de détails, il permet d’apprécier au maximum les qualités d’un orchestre en pleine gloire, dont tous les pupitres sont d’un niveau superlatif.

Un disque pudique, sensible et original, qui rappelle par son humanisme la version qu’enregistra Bruno Walter à la fin de sa vie, mais dont le niveau technique et instrumental est bien supérieur, et qui vient se placer au sommet de la discographie, aux côtés des enregistrements de Bernstein, Ancerl, Tennstedt ou Boulez.

(Visited 268 times, 1 visits today)

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1910) : Symphonie n°9. San Francisco Symphony, direction : Michael Tilson Thomas. 2 SACD Hybrides SFS Media 821936-0007-2. Enregistré en public au Davies Symphony Hall, San Francisco en septembre et octobre 2004. Notice en français, anglais et allemand. Durée : 89’11

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.