À emporter, CD, Musique symphonique

Beethoven, Symphonie n°9, Stanislaw Skrowaczewski

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Symphonie n°9 en ré mineur op. 125. Annette Dasch, soprano ; Daniela Sindram, mezzo ; Christian Elsner, ténor ; Georg Zeppenfeld, basse. Chor des Bayerischen Rundfunks (chef de chœur, Michael Gläser). Saarbrücken Rundfunksinfonieorchester, direction : Stanislaw Skrowaczewski. 1 CD Œhms Classics, référence : OC 525. Enregistrement à la Kongresshalle de Saarbrücken du 23 au 26 mai 2005. Notice en anglais et allemand. Durée : 70’44.

 

Après un premier volume passionnant, consacré aux Symphonies n°2 et 3, l’intégrale Beethoven de se poursuit avec la symphonie n°9. Le résultat est malheureusement beaucoup moins enthousiasmant, car on est ici face à une lecture tout à fait correcte, rapide et bien mise en place, d’une grande clarté, et bénéficiant d’un orchestre excellent, mais qui manque cruellement d’engagement, de parti pris, d’exaltation, on est bien loin avec ce disque de la ferveur révolutionnaire qui soulevait la magnifique Symphonie « Eroïca ».

Le premier mouvement est comme récité, sans hargne ni mystère, ne se réveillant que pour les dernières mesures, le Molto vivace est timide et plat, plombé par un timbalier lointain et peu concerné, sans rebond. L’Adagio est sensiblement meilleur : Un phrasé avec chaleur, respiré avec naturel, c’est le seul mouvement qui semble ne pas être survolé par le chef, qui adopte un tempo assez retenu, et obtient de ses violons un lyrisme très sobre et paisible, qui nous invite à la rêverie. Le Finale retombe ensuite dans les travers de la neutralité et du prosaïsme, déroulant ses épisodes sans drame ni jubilation, et ce n’est pas le quatuor, intègre mais dont ne se distingue que le ravissant soprano d’, qui fera se soulever l’auditeur.

Soyons clair, ce disque est décevant car trop neutre, bien que l’exécution soit de qualité, et que nous puissions toutefois l’écouter sans déplaisir, à ceux qui connaissent dans cette œuvre les Furtwängler, Wand, Böhm, Barenboïm, Abendroth, Blomstedt, Harnoncourt, Klemperer, et nous en oublions, cette version n’apportera rien. Pour les prochains épisodes de son intégrale, nous doit mieux.

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Symphonie n°9 en ré mineur op. 125. Annette Dasch, soprano ; Daniela Sindram, mezzo ; Christian Elsner, ténor ; Georg Zeppenfeld, basse. Chor des Bayerischen Rundfunks (chef de chœur, Michael Gläser). Saarbrücken Rundfunksinfonieorchester, direction : Stanislaw Skrowaczewski. 1 CD Œhms Classics, référence : OC 525. Enregistrement à la Kongresshalle de Saarbrücken du 23 au 26 mai 2005. Notice en anglais et allemand. Durée : 70’44.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.