À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Ascèse mystique et mythique autour d’Olivier Messiaen et Paul Hindemith

Plus de détails

Olivier Messiaen (1908-1992) : Quatuor pour la fin du temps. Paul Hindemith (1895-1963) : Quartet pour clarinette, violon, violoncelle et piano. Philippe Graffin, violon ; Charles Neidich, clarinette ; Pascal Devoyon, piano ; Colin Carr, violoncelle. 1 CD Cobra Records Cobra 0014. Enregistré à Deventer en avril 2005. Notice de présentation en anglais. TT : 80’50’’.

 

Les Clefs ResMusica

Le label néerlandais Cobra Records nous présente un programme de musique de chambre d’une rare intelligence qui mêle deux partitions écrites, à trois ans d’intervalles, pour le même et inusité instrumentarium par deux compositeurs plongés au cœur des remous de l’Histoire.

En 1938, vient d’émigrer en Suisse. Il fuit le pilonnage intensif dont il est l’objet de la part des sbires du régime nazi. Le récent immigré assiste alors aux répétitions de son opéra Mathis der Maler, œuvre fortement autobiographique, qui traite du rôle et de la place de l’Art dans la société. Le Quartet est le fruit de cette période d’intenses réflexions sur la destinée humaine et sur l’art. D’une durée d’environ une demi-heure, cette création en trois mouvements dégage une force dramatique qui culmine dans l’impressionnante coda finale. La haute élaboration du contrepoint, la maîtrise des formes classiques, la claire expression des mélodies plutôt grises qui font la marque d’Hindemith et la qualité de l’inspiration font de cette pièce l’un des chefs d’œuvre du compositeur.

L’histoire du Quatuor pour la fin du temps d’ est l’une des plus mythique de l’histoire de la musique. Enfermé dans le Staltag VIII A, à proximité de Görliz en Silésie, le compositeur écrivit cette partition qui fut créée avec la bienveillance de Karl-Albert Brüll, le chef du camp. Le quatuor était composé du violoniste Jean Le Boulaire, du violoncelliste Etienne Pasquier, du clarinettiste Henri Akoka et de Messiaen lui-même au piano. L’audition se déroula le 15 janvier 1941 dans la baraque 27 B reconvertie en salle de spectacle. L’audience de quatre cents personnes, composée d’officiers allemands et de prisonniers fêta cet hymne à la liberté et à la foi. Souvent jouée et enregistrée, cette musique est l’une des plus profonde de toute la littérature musicale.

L’interprétation du groupe réuni autour du pianiste français est techniquement au-dessus de tout reproche et on pourra se régaler de la sonorité limpide et éclatante du clarinettiste Charles Neidich. Dans la pièce de Hindemith, ils trouvent d’emblée le ton juste pour rendre la noire tension propre à cette œuvre. Le quatuor de Messiaen est tout aussi bien servi en dépit d’un tout petit manque d’abandon mystique.

Plus de détails

Olivier Messiaen (1908-1992) : Quatuor pour la fin du temps. Paul Hindemith (1895-1963) : Quartet pour clarinette, violon, violoncelle et piano. Philippe Graffin, violon ; Charles Neidich, clarinette ; Pascal Devoyon, piano ; Colin Carr, violoncelle. 1 CD Cobra Records Cobra 0014. Enregistré à Deventer en avril 2005. Notice de présentation en anglais. TT : 80’50’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.