Banniere-ClefsResmu-ok

Réédition des lettres sur la danse de Jean-Georges Noverre

À emporter, Danse , Essais et documents, Livre

Lettres sur la danse. Jean-Georges Noverre. Editions du Sandre, Paris. 219 pages. 24 euros. N° ISBN : 2-914958-37-4. Dépôt légal : janvier 2006.

 

Lettres sur la danseIl est des œuvres que l’on ne présente plus, car on considère très souvent qu’elles sont connues de tous, et, d’un air convenu, il nous arrive de parler de choses que, finalement, nous ne connaissons pas vraiment ; la danse malheureusement pâtit de cette attitude, et d’aucun de réclamer la légitimité de la tradition, de la connaissance la plus pointue de cet art, la difficulté de transcrire la danse engendrant de nouvelles versions à chaque nouvel artiste, et de nouvelles spéculations intellectuelles. Il est donc parfois bon de retourner aux sources, et parmi les éléments les plus anciens figurent les célèbres Lettres, de Noverre, dont les Éditions du Sandre ont assuré la réédition. Il n’est évidemment pas lieu ici de critiquer une telle œuvre, tout comme il ne viendrait à l’esprit de quiconque de critiquer des génies incontestés de la musique. Plus connu au XVIIIe siècle que son contemporain Mozart, Noverre est un pur produit de l’esprit des Lumières. Il émet dans ces Lettres de nouvelles propositions : l’abolition du masque, une réorganisation de la hiérarchie des danseurs en trois catégories : le danseur noble, celui de demi-caractère, et le danseur comique (improprement confondu avec le danseur usant de la pantomime). A ces trois catégories seront associées des schémas musicaux : on réservera la sarabande, la passacaille au danseur noble, le danseur de demi-caractère héritera des menuets et autres gavottes, et le danseur comique se contentera des musettes et des contre-danses. L’expression de la danse devra apporter l’émotion par la pantomime et non par la nécessité de la virtuosité à tout prix. Enfin, le danseur se doit d’être un être cultivé, possédant la connaissance, entre autres, de l’anatomie, de la musique et de la poésie.

Très certainement qu’aujourd’hui, nous ne serions plus réellement intéressés de voir le type de ballets que Noverre a composé, appelé alors ballet d’action. Mais à relire ce livre, on conçoit une autre vision de la danse, remettant en cause ce que l’on croit inchangé depuis des siècles, et offrant une nouvelle vision d’un art dont personne ne détient vraiment les clefs de la compréhension.

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.