À emporter, Danse , Essais et documents, Livre

Le ballet de cour sous Louis XIV

Plus de détails

Le ballet de cour sous Louis XIV. Marie-Françoise Christout. Editions Picard, collection Nouvelle Librairie de la Danse, pour le Centre National de la Danse. Paris. 292 pages. 38 euros. N° ISBN : 2-7084-0742-2. Dépôt légal : décembre 2005.

 

Initié à la fin du XVIe siècle, en France, connaissant une production abondante sous Louis XIII, le ballet de cour est un genre qui réunit la musique, la poésie et la danse. C’est une synthèse rare de différentes branches de l’art, où les frontières entre les différents corps de métiers ne sont pas encore très définies. Les comédiens sont aussi chanteurs, danseurs, quand ceux-ci ne sont pas nobles. En effet, rappelons que le Roi et les nobles se produisaient devant la Cour, et que le ballet de cour, au-delà du spectacle lui-même, est une affirmation du pouvoir politique. C’est un ingénieux instrument de propagande, glorifiant le pouvoir divin du Roi et la puissance de la France. Son succès est assuré par la mise en scène du Chef de l’État, mais c’est également ce qui entraîné sa chute en désuétude ; le Roi s’étant foulé la cheville, il ne monta plus sur scène ; la Cour passa de l’autre côté du rideau et de facto, cet art se professionnalisa.

Le ballet de cour est la succession de tableaux de divers protagonistes qui se retrouvent réunis pour la scène finale, appelée « grand ballet ». Il utilise le grandiose, le fantastique et l’onirique, grâce à d’ingénieuses machineries, et des effets spéciaux sans cesse renouvelés. Narrant les mésaventures des Dieux, les allégories fabuleuses des Déesses, le ballet de cour devient un mode de vie où chaque protagoniste a une place selon son rang social.

La réédition de ce livre de 1967 est enrichie d’une iconographie que l’on souhaiterait encore plus étoffée, l’accès au public de nombreuses gravures étant impossible. Il s’agit néanmoins d’un travail très abouti, avec des exemples de spectacles de référence, où tous les ingrédients nécessaires à la réussite d’une pièce de cette période concourent à l’harmonie parfaite. On saisit mieux ainsi la continuité dans le temps d’un genre au temps de vie finalement court (l’apogée se situant entre 1643 et 1672), et Lully, percevant bien que sa musique ne servira plus s’il ne se renouvelle pas, créera un nouveau style de spectacle qui s’aidera des éléments du ballet de cour : la tragédie-ballet.

(Visited 831 times, 1 visits today)

Plus de détails

Le ballet de cour sous Louis XIV. Marie-Françoise Christout. Editions Picard, collection Nouvelle Librairie de la Danse, pour le Centre National de la Danse. Paris. 292 pages. 38 euros. N° ISBN : 2-7084-0742-2. Dépôt légal : décembre 2005.

 
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.