L’excellence du violon de David Grimal

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Claude Debussy (1862-1918) : Sonate pour violon et piano ; Béla Bartók (1881-1945) : Sonate pour violon seul Sz 117 ; Maurice Ravel (1875-1937) : Sonate n°2 pour violon et piano. Bonus : DVD, Réflection, un film de Frédéric Delesques : De Sion à l’Inde, un voyage musical avec David Grimal. 1 CD+1DVD Ambroisie. Référence : AM 104. Enregistré en mars 2006 au studio de la fondation Tibor Varga à Sion. Notice de présentation en français et anglais. Durée 55’28’’

 

Les Clefs ResMusica

Artiste d’une rare parcimonie envers les studios d’enregistrements (à peine une demi-douzaine d’albums où tout oscille entre le très intéressant et l’indispensable), le violoniste nous offre un nouveau disque aussi personnel que fascinant. Accompagné par le fidèle , Grimal nous propose des visions d’une liberté de ton et d’une limpidité éclatantes des sonates de Debussy et de Ravel. Sous son archet, l’immatérialité et la transparence de la sonate de sont rendues à la perfection, alors que la folle liberté et les déhanchements jazzy de celle de Ravel s’écoulent avec une rare évidence. Dans des tempi relativement retenus, le musicien semble improviser chaque note, chaque phrase, chaque idée mais le tout reste maîtrisé techniquement et structurellement.

On monte encore d’un cran avec une interprétation engagée mais jamais enragée, ni échevelée, de la fameuse Sonate pour violon seul de Bartòk. Dans une esthétique qui attache une grande importance à la clarté et à la logique interne, Grimal campe un Bartòk raffiné et musical. Ceux qui recherchent un drame dans cette musique devront passer leur chemin, mais il faut rendre grâce à la hauteur de vue du musicien.

Cet album propose en complément un documentaire d’une petite demi-heure consacrée à différentes épisodes de la vie du musicien : des séances d’enregistrements du disque en Suisse à l’immersion dans la musique indienne. Agrémenté de propos plus ou moins intéressants, ce bonus est une idée originale.

Les amateurs de prise de son de démonstration, se régaleront quant à eux, de celle de ce disque qui magnifie la sonorité du Stradivarius de 1710 que joue et donne l’impression d’avoir les musiciens à domicile.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.