À emporter, Audio, Musique et cinéma

James Horner joue les fous du roi

Plus de détails

James Horner Les Fous du Roi (All The King’s Men). 1 CD Varèse Sarabande réf. VSD6756. Durée : 56’14’’

 

Adaptation d’un roman de Robert Penn Warren, le film All The King Men’s (Prix Pulitzer, 1947), retrace le parcours d’un homme politique qui perd son intégrité. La musique est signée du compositeur américain . Ce dernier suscite de vives passions, à la hauteur d’une carrière vertigineuse, jalonnée de films prestigieux qui ont marqué l’histoire du cinéma : Aliens, Braveheart et bien entendu Titanic. a ses inconditionnels (notamment les fondateurs du magazine Cinéfonia, disparu cet été), qui vouent un culte sans bornes au compositeur mais également ses détracteurs, qui ont en général la dent très dure. C’est dire combien chaque nouvelle cuvée du compositeur est attendue par l’un ou l’autre camp !

Jamais, en effet, un compositeur de musique de films n’a éveillé autant de polémiques, d’aucuns l’accusant de piller sans vergogne le patrimoine musical (ses travaux précédents compris), d’autres encensant les qualités de son écriture et ne voyant dans ces citations que des hommages courtois aux grands maîtres du passé.

Cet opus ne déroge pas à la règle : il faut séparer le bon grain de l’ivraie. On ne peut que regretter la persistance des gimmicks du compositeur qui traversent toute son œuvre et qui peuvent devenir très agaçants. Si James Horner nous épargne l’usage intensif de la cornemuse (sa marque de fabrique), il utilise toujours ses petits trémolos au piano dans les graves qu’on entend très souvent dans les séquences menaçantes (« Give me the hammer an I’ll nail ‘em up ! »). On peut lui pardonner : John Williams, grand génie s’il en est, a aussi ses gimmicks.

Depuis The New World, musique très wagnérienne, James Horner semble néanmoins avoir renouvelé avec l’émotion des débuts. Si on prend le temps d’écouter le disque plusieurs fois (ennuyeux à la première écoute), on reconnaît à cette BO des qualités insoupçonnées. La musique de James Horner, qui évoque bien entendu les tensions du pouvoir politique, est très sombre – nombreuses percussions (caisses claires), sonorités patibulaires aux cuivres, plages où les instruments soli (piano, violon) abondent, comme pour exprimer la solitude du protagoniste, pizzicati lancinants aux cordes… La partition des Fous du Roi, à défaut d’être enthousiasmante, est extrêmement bien écrite : le thème est poignant et démontre que le compositeur s’est enfin ressaisi après une longue période de léthargie. Espérons que ce disque représente bien davantage qu’une parenthèse.

Plus de détails

James Horner Les Fous du Roi (All The King’s Men). 1 CD Varèse Sarabande réf. VSD6756. Durée : 56’14’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.