Artistes, Compositeurs, Portraits

Marin Marais (1656- 1728), violiste et compositeur français de la période baroque

Plus de détails

 

Il est enfant de chœur à la maîtrise de Saint-Germain-l’Auxerrois, où il se retrouve en compagnie d’autres jeunes futurs musiciens comme Michel Richard Delalande (1657-1726). À l’âge de seize ans, il devient l’élève du célèbre mais mystérieux joueur de viole M. de Sainte-Colombe.

La légende raconte qu’il n’hésite pas à espionner son maître lorsque ce dernier joue de la viole l’été, dans une petite cabane au fond de son jardin. Le jeune homme se glisse alors sous le plancher de cette dernière et repère à son insu toutes les astuces de sa technique. – qui est également l’élève de Jean-Baptiste Lully (1632-1687) – devient «Musicqueur du Roy» en 1676 puis, trois ans plus tard, «Ordinaire de la Chambre du Roy pour la viole». Il intègre l’orchestre de l’Opéra dont Lully lui confie parfois la direction. Après la disparition du Surintendant, il écrit quatre ouvrages lyriques, dont le plus célèbre est Alcyone (1706) qui contient un fameux passage orchestral descriptif, La Tempête. C’est également pour jouer cette œuvre que Marais est le premier compositeur à spécifier l’emploi de la contrebasse (instrument moderne) au sein de l’orchestre de l’Opéra. Grand maître de la viole de gambe, il prend sa retraite en 1725, s’occupant de son jardin, tout en donnant deux ou trois fois par semaine des leçons à ceux qui veulent se perfectionner.

C’est bien évidemment la viole de gambe – dont il utilise à fond toutes les ressources – qui a été l’objet de sa plus grande attention. Il a composé près de 650 pièces pour une ou deux violes et basse continue, regroupées en suites et publiées en 5 Livres (1686, 1701, 1711, 1717 et 1725). Comme Couperin au clavecin, en dehors des pièces d’allure chorégraphique, nous avons parfois affaire à de la musique descriptive et à des pièces à programme : La Sonnerie de Sainte-Geneviève-du-Mont, les Cloches, Le Tableau de l’opération de La taille (qui contient des sous-titres décrivant l’extraction de calculs rénaux) ou les Tombeaux pour Monsieur de Lully et de Monsieur de Sainte-Colombe. Le Second Livre contient une des versions les plus difficiles qu’il se peut trouver des Folies d’Espagne (La Folia), comprenant 32 variations très acrobatiques. Il est également l’auteur des Pièces en trio pour les flûtes, violons et dessus de viole (1692) ainsi que de La gamme et autres morceaux de symphonie pour Le violon, La viole et Le clavecin (1725). Il a laissé quatre opéras : Alcide ou Le Triomphe d’Hercule (1693), Ariane et Bacchus (1696), Alcyone (1706) et Sémélé (1709).

Extrait de Des Musiciens de A à Z de Frédéric Platzer, aux éditions Ellipses

Plus de détails

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.