Plus de détails

Giovanni Girolamo Kapsperger (ca. 1580-1651) : Li Fiori. Ensemble Vivante. 1 CD Orf Alte Musik 465. Enregistré en décembre 2005. SACD. Notice bilingue (allemand – anglais) avec texte traduit de l’italien. Durée : 61’50’’.

 

Giovanni Girolamo Kapsperger, grand spécialiste des luths « tunés », comme on pourrait dire aujourd’hui, qu’étaient les théorbes et chitarrones (le premier avec des cordes graves à vide et le second avec un manche supplémentaire) est le fils d’un haut militaire Allemand vivant en Italie. Dans les gros dictionnaires des spécialistes, on le trouve écrit sous la forme : mais il s’agit bien du même personnage dont on ne sait finalement pas grand-chose, à part qu’il a vécu à Venise et à Rome.

En 1632, il fait paraître un recueil intitulé Li Fiori (Les Fleurs), composé de villanelles, airs strophiques plutôt simples écrits pour une ou deux voix et accompagnement. La villanelle était apparue au siècle précédent et était désormais en perte de vitesse, remplacée progressivement par l’aria, plus dramatique et bien plus représentative du nouveau style mettant en place la mélodie accompagnée.

Les deux ténors du jeune ensemble autrichien Vivante, Tore Tom Denys et Erik Leidal, sont parfaits dans ces œuvres et leurs timbres s’accordent à merveille. Le staff d’accompagnement est aussi très bien et très varié (théorbe, guitare baroque, clavecin, orgue, viole de gambe, harpe). Un air contient également une partie de flûte à bec obligée, ce qui confère un côté très aérien bien agréable à la pièce Gelsomino. Tout semble donc être parfait pour cette musique qui peut rappeler parfois certains passages de Monteverdi.

Le seul véritable point noir de ce CD, mis à part l’absence de notice en français, est constitué par la présence de quatre pièces purement instrumentales, des Sinfonie du même compositeur, extraites d’un volume publié en 1615, jouées par des cornets à bouquin. La musique en elle-même n’est pas en cause car elle est très convenable. Le cornet à bouquin peut être un instrument fantastique aux énormes possibilités expressives lorsqu’il est joué juste, ce qui constitue toujours un exploit vu les techniques de souffle et d’embouchure demandées. Mais faux et à deux, c’est une horreur et même avec beaucoup d’indulgence, c’est bien pire ici que sur les premiers disques de cantates de Bach par Harnoncourt avec instruments anciens. Évitez donc absolument les plages 5, 9, 15 et 18. Le reste se laisse écouter sans déplaisir.

(Visited 148 times, 1 visits today)

Plus de détails

Giovanni Girolamo Kapsperger (ca. 1580-1651) : Li Fiori. Ensemble Vivante. 1 CD Orf Alte Musik 465. Enregistré en décembre 2005. SACD. Notice bilingue (allemand – anglais) avec texte traduit de l’italien. Durée : 61’50’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.