Banniere-clefsResMu728-90

Barbe Bleue, Offenbach version hip hop

La Scène, Opéra, Opéras

Vélizy-Villacoublay. Théâtre de l’Onde, espace culturel de Vélizy-Villacoublay. 10-XI-2006. Jacques Offenbach (1819-1880) : Barbe Bleue, opéra bouffe en trois actes sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Mise en scène : Ivan Morane. Décors, lumières : Nicolas Simonin. Costumes : Sandrine Lucas, Dulcie Best. Perruques : Cécile Marchione. Avec : Bruno Comparetti, Barbe Bleue ; Elsa Lévy, Boulotte ; Frank T’Hézan, le roi Bobèche ; Dominique Favat, la reine Clémentine ; Laurent Bourdeaux, le comte Oscar ; Nicolas Rigas, Popolani ; Sevan Manoukian, la princesse Hermia ; Sébastien Lagrave, le prince Saphir ; Léa Hanrot, Héloïse ; Chantal de Romance, Rosalinde, Valéria Altaver, Isaure ; Sacha Hatala, Eléonore ; Mélodie Ruvio, Blanche ; Jean-Daniel Senesi, Alvarez ; Frédéric Albou ; le greffier. Opéra Nomade, direction : Amaury du Closel.

Barbe Bleue n’est pas la plus oubliée des œuvres d’Offenbach. Il en existe un enregistrement avec et , et ce fût il y a quelques années une des premières réalisations de la compagnie Les Brigands. Néanmoins, sa composition se situe à la même époque que La Belle Hélène, et possède la même verve, le même accomplissement musical, et c’est toujours un plaisir de l’entendre. Excellente initiative donc d’Opéra Nomade d’en proposer une nouvelle production, très soignée, qui tournera dans plusieurs villes de France.

Le livret de Meilhac et Halévy est réjouissant, mais un peu décousu, et tellement grouillant de personnages et d’intrigues secondaires qu’il serait vain de vouloir le résumer. Tout, sans exception, a été conservé, avec un très légère actualisation qui permet de croiser des candidats de la star ac’, des intermittents du spectacle, le prince voisin d’un petit rocher très riche…

Car la mise en scène, plutôt déjantée, est vraiment foisonnante. On serait même tentée de dire qu’il y en a un peu trop, car les gags extérieurs à l’action, souvent très premier degré, se multiplient sur scène sans beaucoup de raisons, mais visiblement cela plait au public qui rit de bon cœur, et c’est là l’essentiel. Les décors, très légers, sont conçus pour tourner, les costumes, les perruques surtout, ne sont pas particulièrement agréables à regarder, mais font mouche.

Avec son physique de jeune premier et sa voix brillante, on n’imaginait guère dans un rôle comique. Le pari est réussi, son sire de Barbe Bleue, barbe teinte et pailletée, est élégant, clair, et l’acteur se donne à fond (il nous gratifie d’un numéro de hip hop !). Appétissantes rondeurs moulées dans une robe en skaï, Elsa Lévy est parfaite en Boulotte. La tessiture de ce rôle créé par est plutôt celle d’une mezzo, Elsa Lévy est soprano, et curieusement, on a trouvé la voix chaude, ronde, bien plus à l’aise dans les graves.

Nous arrêterons là le détail des prestations individuelles, car tous les chanteurs, sans exception aucune, sont excellents, qu’il s’agisse des sonores Popolani et Oscar, des impeccables six femmes de Barbe Bleue, du prince Saphir à la voix claire, et de tous les autres, qu’on ne peut citer individuellement. Les voix sont belles, bien timbrées, la diction est parfaite, et chacun se démène au maximum dans cette mise en scène qui bouge beaucoup, d’autant plus que les six épouses et deux hommes font également office de chœur (changements de costumes ultra-rapides !). Il est curieux de constater qu’on peut constituer une troupe d’une quinzaine de jeunes chanteurs doués et motivés pour une production qui tournera dans de petits théâtres, alors qu’il nous arrive parfois d’entendre des seconds rôles pitoyables dans des maisons de bien plus grande envergure.

Alors que la salle de l’Onde, espace culturel de Vélizy-Villacoublay, est dotée d’une fosse, l’orchestre est installé en demi-cercle sur un coté de la scène, peut-être en prévision des représentations futures, l’idée est excellente car cela renforce l’impression de cohésion de l’ensemble. Sous la direction d’Amaury du Closel, les instrumentistes parviennent à rendre toutes les subtilités de la partition d’Offenbach. Détail qui tue : ils sont tous chaussés de bleu !

Barbe Bleue sera représenté le lundi 1er janvier à l’Opéra de Clermont-Ferrand, le mardi 16 janvier au Minotaure de Vendôme, le dimanche 21 janvier à l’Athanor d’Albi, le samedi 27 janvier au Vésinet, et le jeudi 22 mars à Montrouge.

Crédit photographique : © DR

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.