Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Duo pour violon et alto n°2 en si bémol majeur K 424  ; Duo pour violon et alto n°1 en sol majeur K 423. Anonyme : Duo pour violon et alto en sib majeur sur des thèmes de Mozart. Stéphanie-Marie Degand, violon ; Pierre Franck, alto. 1 CD Ligia Digital Lidi 0302172-06. Enregistré du 25 au 27 avril 2006. Notice en français, très documentée. Durée : 65’02’’

 

Voilà un répertoire pour le moins surprenant. Si les pièces de chambre concertantes ne sont pas si fréquentes, les duos concertants pour deux instruments monodiques dont la sonorité est si proche sont, eux, rares. Qui plus est durant la période classique : cela n’aurait guère surpris sous la plume de l’un de ses prédécesseurs, mais chez Mozart fait figure d’objet rare … et intrigant.

Peut-être est-ce pour cela que les deux interprètes qui ont choisi de graver cet enregistrement sont eux-mêmes des musiciens au parcours atypique, passionnés de nouvelles expériences plutôt qu’attachés à un type de répertoire particulier. Sûrement est-ce pour cela que le livret de ce CD est extrêmement riche et soigné, signé par Alexandre Dratwicki, musicologue. Ce livret est bien plus qu’une simple notice d’enregistrement : c’est un cours très intéressant et documenté sur l’évolution des styles concertant et de musique de chambre jusqu’à Mozart et sur la genèse des trois œuvres enregistrées. On y apprend qu’une légende non avérée mais à laquelle Dratwicki souscrit volontiers prétend que Mozart a composé ces deux duos pour venir en aide à son ami Michaël Haydn, qui se voyait dans l’impossibilité d’honorer une commande. Ces deux duos isolés seraient donc à associer aux quatre composés par Michaël Haydn.

A l’audition, ces deux œuvres font figure d’OVNI : si une écriture en duo pour violon et alto peut facilement sembler austère, cela contraste avec l’écriture de Mozart. Le compositeur a développé des trésors d’ingéniosité pour jongler entre écriture contrapuntique et écriture harmonique – autant que faire se peut avec deux instruments monodiques. Le tout semble le plus souvent flotter, très aérien, léger, enjoué, avec parfois quelques accords très denses qui contrastent avec le tout. Les mouvements lents sont particulièrement gracieux. Œuvres particulièrement intimistes, ces duos gagnent à être découverts, même si l’on pressent parfois dans l’écriture quelques moments de fougue qui ne peuvent matériellement pas être présents, d’où une petite frustration … qui pourrait facilement tourner à l’ennui. Certes l’écriture de Mozart est agréable, à la fois fine et riche, douce et enthousiaste, mais au sein de cette esthétique, on ne peut s’empêcher d’espérer des moments plus charnus, plus denses, plus contrastés… qu’importe, cet enregistrement a au moins le mérite de nous faire découvrir ces pièces rares.

Le troisième duo n’est pas de Mozart : il s’agit d’une pièce anonyme sur des thèmes connus du compositeur. Ce qui permet d’ailleurs à Dratwicki de nous donner des informations et des sources passionnantes sur cette mode ancestrale de l’arrangement et de la transcription. Pièce distrayante, où l’on retrouvera avec amusement des extraits d’œuvres – la Marche Turque, le Quatuor à cordes n°22 K 589 – intégralement retranscrites. Bien sûr, il ne s’agit pas d’une simple retranscription mais d’une œuvre construite sur ces thèmes. A découvrir pour le plaisir intellectuel et esthétique, comme le reste de l’enregistrement.

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Duo pour violon et alto n°2 en si bémol majeur K 424  ; Duo pour violon et alto n°1 en sol majeur K 423. Anonyme : Duo pour violon et alto en sib majeur sur des thèmes de Mozart. Stéphanie-Marie Degand, violon ; Pierre Franck, alto. 1 CD Ligia Digital Lidi 0302172-06. Enregistré du 25 au 27 avril 2006. Notice en français, très documentée. Durée : 65’02’’

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.