Plus de détails

Jesper Nordin (né en 1971) : Residues ; Dubbelkonsert ; Sleep now in the fire ; Arv ; Calm like a bomb ; Inevitabilini ; Invisible Mantra ; Vintage ; Frozen still ; Ingen får tro att allt är någons fel. Daniel Möller, violon ; Åsa Åkerberg, violoncelle ; Rolf-Erik Nystrøm, saxophone alto ; Niklas Brommare, percussions ; Oskar Ekberg, piano ; Märta Tikkanen : voix (éléments sonores de différentes sources avec improvisation). Electroniques : sources Sofia Karlsson, Fredrik Lindqvist et Daniel Möller ; Anna Petrini, enregistreur ; Electronique Live (sources des archives de la radio suédoise). Orchestre Symphonique de la Radio Suédoise, direction : Niklas Willén ; Instruments de Jean-François Laporte. Västerås Sinfonietta, direction : Eivind Aadland. Orchestre Symphonique de Trondheim, direction : Eivind Aadland. Chœur de la Radio Suédoise, direction : Andreas Hanson. 2 CD SR Records SRCD 2031, 2032. Durée totale : 2h22’6’’. 2006. Livret en suédois et anglais.

 

Les Clefs ResMusica

Curieuse façon d’intituler une œuvre ou encore mieux un album entier « Residues ». La traduction française est simple, residues veut dire, résidus, restes ou encore reliquats ! Vous aurez constaté que le copieux double CD qui nous est présenté ici est loin d’avoir à faire rougir leurs auteurs ni le compositeur vedette qui nous livre ici un extrait d’un catalogue d’une richesse incroyable. Il nous faut donc nous plonger dans la signification de l’œuvre elle-même, Residues écrite pour Orchestre et instruments de Jean-François Laporte. Mais avant, intéressons nous de plus près au mystérieux compositeur suédois qui nous a autant étonné et émerveillé qu’intrigué.

Né à Stockholm en 1971, a étudié au Royal Stockholm College of Music, à l’ à Paris et à l’Université de Standford aux USA. Il a eu comme professeur Pär Lingren, et Brian Ferneyhough. De 2004 à 2006 il a été compositeur en résidence à P2, la radio suédoise de musique sérieuse qui lui a aussi fait les commandes de Residues, Invisible Mantra, Vintage et Ingen får tro att allt är någons fel. Sa musique se caractérise par la présence d’éléments d’inspiration du répertoire de musique traditionnelle suédois, du rock mais aussi de la musique improvisée. Ses œuvres sont régulièrement jouées à travers le monde par différents orchestres, ensembles et solistes.

Après cette trop courte biographie, intéressons nous à l’œuvre et à ces « résidus »… Acte manqué ou volontaire… En fait, comment pourrions-nous qualifier une œuvre qui a su marier les sons traditionnels avec les théories les plus abouties de la science musicale ? Par le concept de résidu le compositeur redéfinit l’environnement sonore et utilise toutes ses connaissances pour constituer une atmosphère remplie de « réverbérations, rémanances et répercussions », autant de liens entre musique traditionnelle suédoise avec cette nouvelle culture du son qu’il a appris à maîtriser.

Mais le compositeur n’en reste pas là, tout son univers musical nous ramène sur les traces des Xenakis, Varèse, Scelsi ou encore d’un Radulescu (Horatiu). Cet homme là a su fabriquer une musique aussi compliquée qu’abordable en accord avec les principes très éloignés de la théorie maîtresse des écoles française et allemande que quelques compositeurs français actuels affectionnent encore en nous restituant finalement tout le temps la même pensée… plate ! A l’agonie d’un Monde sonore qui n’a jamais su vraiment s’enrichir… Il y a du rock dans cet art mêlé d’influence populaire, de jazz mais surtout d’une connaissance approfondie des concepts les plus abstraits, en bref, les plus révolutionnaires. Le tout ressemble enfin à ce que nous attendions de la musique contemporaine, de la musique d’aujourd’hui… Devrions nous rappeler que la grande musique est là pour servir l’Homme en premier lieu ? Le pari est gagné, les Residues de Jasper Nordin sont autant de petites pierres incontournables à apporter à notre connaissance de mélomane moderne.

(Visited 137 times, 1 visits today)

Plus de détails

Jesper Nordin (né en 1971) : Residues ; Dubbelkonsert ; Sleep now in the fire ; Arv ; Calm like a bomb ; Inevitabilini ; Invisible Mantra ; Vintage ; Frozen still ; Ingen får tro att allt är någons fel. Daniel Möller, violon ; Åsa Åkerberg, violoncelle ; Rolf-Erik Nystrøm, saxophone alto ; Niklas Brommare, percussions ; Oskar Ekberg, piano ; Märta Tikkanen : voix (éléments sonores de différentes sources avec improvisation). Electroniques : sources Sofia Karlsson, Fredrik Lindqvist et Daniel Möller ; Anna Petrini, enregistreur ; Electronique Live (sources des archives de la radio suédoise). Orchestre Symphonique de la Radio Suédoise, direction : Niklas Willén ; Instruments de Jean-François Laporte. Västerås Sinfonietta, direction : Eivind Aadland. Orchestre Symphonique de Trondheim, direction : Eivind Aadland. Chœur de la Radio Suédoise, direction : Andreas Hanson. 2 CD SR Records SRCD 2031, 2032. Durée totale : 2h22’6’’. 2006. Livret en suédois et anglais.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.