Bannière-Web-ResMusica-728x90

Grand Mahler pour Christian Arming ?

À emporter, CD, Musique symphonique

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n°5. New Japan Philharmonic, direction : Christian Arming. 1 SACD Gramola 98800. Enregistré en public au Sumida Triphony Hall de Tokyo, les 19 et 20 novembre 2004. Notice trilingue allemand, anglais, français. Durée : 71’10’’.

 

Que n’a-t-on écrit depuis un siècle sur la Symphonie n°5 de  ? Toujours est-il que l’on ne dénombre pas moins de 160 enregistrements pour cette œuvre-phare commencée en 1901-02 et perfectionnée par le compositeur jusqu’en 1909. On retiendra, selon son goût, selon la verve de l’interprétation, en tout cas pour la fréquentation de l’œuvre, la direction d’orchestre par Bruno Walter (1938 et 1947), par Leonard Bernstein (1963, 1968, 1972 et 1986), par Pierre Boulez (1968, 1970 et 1996), par Bernard Haitink (1970, 1986, 1988 et 2004), par Claudio Abbado (1980, 1983, 1993 et 2004) ; celle enfin de Lorin Maazel (1982, 1983, 1991 et 2002).

Œuvre popularisée – «sortie du purgatoire» dirent certains –, et immortalisée par sa mise en scène dans le film non moins célèbre de Visconti, Mort à Venise (1971), d’après le court ouvrage éponyme de Thomas Mann (1913).

Le Viennois est l’un des plus prometteurs chefs d’orchestre de la jeune génération. Depuis 1994, début de sa carrière, il a multiplié les apparitions auprès d’orchestres de renom. A moins de 35 ans, sa collaboration commencée en 2004 avec le New Japon Philharmonic se place selon deux angles d’activités. La programmation d’un tour des grandes salles européennes ainsi qu’une série d’enregistrements : à l’automne 2004, Fontec produisait un double CD avec la Symphonie n° 1 de Brahms et la Symphonie n° 3 de Mahler, vite suivi (été 2005) de l’enregistrement de la Symphonie n° 5.

La Symphonie n° 5 est construite de manière concentrique autour d’un mouvement central qui prend pour forme un «scherzo exubérant». Différentes polyphonies s’y font entendre, menant de façon irrésistible des ténèbres à la lumière, de la nostalgie à la joie.

Sans être brillante à l’extrême, la direction de sait faire passer des émotions et, à ce titre, fera réagir l’auditeur selon toutes les turbulences et les fulgurances de cette œuvre riche que l’on ne saurait résumer au célèbre Adagietto, le quatrième mouvement choisi par Visconti qui se dénoue dans une valse langoureuse. On relèvera bien sûr le deuxième mouvement, «sauvage et convulsif», qui croît de violence tout en faisant entendre un thème lyrique, ainsi que le rondo final qui précipite toute l’œuvre dans une dimension festive et fantaisiste, follement irrésistible.

A découvrir donc !

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.