Festivals, La Scène, Musique symphonique

Festival ballets russes II par l’Orchestre Philharmonique de Liège

Plus de détails

Liège. Salle Philharmonique. 3-III-2007. Igor Stravinsky (1882-1971) : Feux d’artifice op. 4. Serge Prokofiev (1851-1953) : Chout (Le Bouffon), suite de ballet op. 21bis. Orchestre Philharmonique de Liège, direction : Pascal Rophé

Le second concert de cette première journée offrait une rareté absolue : la suite de Chout de Serge Prokofiev. Scandaleusement jamais programmée, cette pièce redoutable pour les cuivres et les vents est pourtant un véritable festival de couleurs. Concurrent de Stravinsky, dans l’esprit de Serge Diaghilev qui souhaitait renouveler le choc produit par Le Sacre du Printemps, Prokofiev suggéra l’idée de reprendre un conte populaire, le Bouffon dans lequel un paysan souhaite ressusciter sa femme prétendue morte à coups de martinets.

D’où une folie d’achat de martinets chez les paysans du village…Composée à partir de 1917, la partition est créée en mai 1921 à Paris. Cependant, la période faste des ballets russes est terminée et la compagnie traverse une crise profonde. Envisagé sur une chorégraphie de Leonid Massine, le spectacle est finalement réglé par un simple danseur, alors que les décors de Mikhaïl Larionov sont bâclés en raison du court délai imposé pour leur réalisation. La soirée est pourtant sauvée grâce à l’attention du chef d’orchestre Ernest Ansermet, et la musique fut un grand succès dans la carrière du compositeur qui s’installa à Paris pour seize ans. Dès 1922, Prokofiev réduisit la partition en une suite d’une grosse demi-heure. Programmée dans l’URSS des années révolutionnaires, cette musique tomba ensuite dans un relatif oubli qui se poursuit même dans les studios d’enregistrements. fait un malheur dans cette partition explosive et intense d’où émergent des traits instrumentaux aussi percussifs qu’inattendus. Le chef joue sur les dynamiques, qui explosent dans l’acoustique assez merveilleuse de la Salle Philharmonique.

En ouverture de ce beau programme, l’OPL et son directeur musical présentaient le bref Feux d’artifice, fantaisie orchestrale de Stravinsky. Dans l’une de ses premières œuvres, le compositeur s’impose déjà comme un véritable pyrotechnicien de l’orchestration, tissant un véritable labyrinthe d’explosions sonores. Il faut encore saluer la remarquable prestation de l’orchestre qui, tout au long de ce festival, doit digérer pas moins de quatorze partitions différentes, aux difficultés évidentes. Chapeau bas au maestro Rophé qui apporte à ses musiciens sa rigueur et sa connaissance des partitions du XXe siècle. Après le beau mandat du polyvalent Louis Langrée, s’impose comme la bonne personne, capable de faire encore progresser l’orchestre et d’étendre son répertoire.

Crédit photographique : © Katye Vandyck

(Visited 51 times, 1 visits today)

Plus de détails

Liège. Salle Philharmonique. 3-III-2007. Igor Stravinsky (1882-1971) : Feux d’artifice op. 4. Serge Prokofiev (1851-1953) : Chout (Le Bouffon), suite de ballet op. 21bis. Orchestre Philharmonique de Liège, direction : Pascal Rophé

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.