À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Juan Crisostomo de Arriaga : Abondance de biens

Plus de détails

Juan Crisóstomo de Arriaga (1806-1826) : Obertura op. 20 ; Symphonie à grand orchestre ; Los Esclavos felices, ouverture ; Obertura op. 1. Il Fondamento, direction : Paul Dombrecht. 1 CD Fuga Libera FUG 522. Enregistré en septembre 2006 au Lemmensinstitut de Louvain. Notice de présentation en français, espagnol et anglais. Durée : 59’06’’

 

Belle initiative du label belge Fuga Libera qui consacre un disque à l’œuvre de Juan Chrisostomo de Arriaga, l’étoile filante de la musique espagnole. Décédé de la tuberculose à l’orée de la vingtaine, ce compositeur au carrefour de deux époques est l’auteur de différentes partitions marquantes. Enfant prodige, le jeune homme se fait remarquer par le talent de ses compositions dont différentes pièces symphoniques et un opéra (Los Esclavos felices). Dès 1821, il est à Paris pour étudier l’harmonie et le contrepoint auprès de François-Joseph Fétis. En 1823, il devient l’assistant du compositeur belge dans les classes de composition et d’harmonie. Lors de ce séjour, il compose de nombreuses œuvres dont des quatuors et une grande symphonie, présente sur ce programme. En raison de sa mort précoce et de l’absence de sources sur son existence, Arriaga fait un peu l’objet d’un mythe dans le monde de la musique. Surnommé parfois le « Mozart espagnol », Arriaga est l’auteur d’une vingtaine d’œuvre dont l’édition s’avère difficile à cause de la disparition de certains manuscrits : il ne subsiste par exemple que l’ouverture de l’opéra Los Esclavos felices.

Le présent disque s’articule autour de la Symphonie à grand orchestre, la seule partition de l’auteur à s’être imposée au répertoire. Composé en 1824, ce chef d’œuvre, tire son inspiration des modèles beethovénien et schubertien, tout en affirmant un langage personnel, essentiellement au niveau de l’harmonie et de l’enchaînement des thèmes. Le couplage est complété par trois jolies ouvertures à la personnalité moins affirmée.

Spécialiste de ces musiques un peu oubliées, l’orchestre belge, Il Fondamento, mené de main experte par le chef rend justice à cette musique bien troussée même si l’on aimerait un peu plus de démesure latine dans ces interprétations. La prise de son, tout comme le livret, s’avèrent des plus soignées et l’ensemble présente une belle réussite artistique qui trouvera une juste place dans les rayonnages de nos discothèques.

(Visited 99 times, 1 visits today)

Plus de détails

Juan Crisóstomo de Arriaga (1806-1826) : Obertura op. 20 ; Symphonie à grand orchestre ; Los Esclavos felices, ouverture ; Obertura op. 1. Il Fondamento, direction : Paul Dombrecht. 1 CD Fuga Libera FUG 522. Enregistré en septembre 2006 au Lemmensinstitut de Louvain. Notice de présentation en français, espagnol et anglais. Durée : 59’06’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.