À emporter, CD, Musique symphonique

Rachmaninov d’esprit par Paavo Järvi

Plus de détails

Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Symphonie n°2 op. 27. Scherzo et danses extraits de Aleko. Cincinnati Symphony Orchestra, direction : Paavo Järvi. 1 CD Telarc 80670. Notice de présentation en anglais. Enregistré en avril et mai 2006 à Cincinnati. Durée : 69’57’’

 

Onzième parution discographique du tandem composé du chef d’orchestre et de son orchestre de Cincinnati, et nouvelle immense réussite. Après un couplage de concertos pour orchestre et un album de musique anglaise, le chef s’attaque ici à la musique russe.

Partition difficile que l’on fait souvent sonner avec mièvrerie et complaisance sentimentale, la Symphonie n°2 de
est transformée en musique pure sous une direction précise et analytique qui met en avant la modernité de l’orchestration. Järvi parvient également à suggérer des climats fantomatiques et brumeux, figeant la symphonie en une tragédie fantastique. Le premier mouvement semble un affrontement de blocs granitiques qui glacent le sang, conférant à cette partie une forme sculpturale qu’on ne lui connaissait pas, et le second mouvement, sonnant court et sec, tire vers le Berlioz de la Marche au supplice. Le célèbre Adagio s’avère éthéré : le solo de clarinette du début semble irréel et suspendu dans le temps sur fond de teintes noires. Souvent spectaculaire, l’Allegro vivace final poursuit cette vision avec logique et détermination, l’interprétation est campée sur des graves sombres et impressionnants.

Remplaçant la sempiternelle et indigeste Vocalise, le bref Scherzo et les danses d’Aleko de 1888 sont un complément aussi original que bienvenu. et ses troupes y apportent toute l’attention nécessaire : la précision et légèreté dans le Scherzo et la force et le dynamisme dans les danses.

Comme toujours, le savoir-faire des ingénieurs magnifie les timbres d’un orchestre qui ne cesse de nous ravir. En dépit de la traditionnelle absence d’un livret multilingue, ce nouveau disque est une pierre angulaire à notre connaissance de Rachmaninov et il montre que sa musique peut être magnifiée par de nombreux types d’interprétation, de la grandeur épique d’un Svetlanov (Scribendum) au son spectaculaire de Maazel (DGG) et d’Ormandy (Sony), en passant par le tragique de Sanderling (DGG) ou la précision glaciale de Hughes (Bis).

Plus de détails

Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Symphonie n°2 op. 27. Scherzo et danses extraits de Aleko. Cincinnati Symphony Orchestra, direction : Paavo Järvi. 1 CD Telarc 80670. Notice de présentation en anglais. Enregistré en avril et mai 2006 à Cincinnati. Durée : 69’57’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.