À emporter, Essais et documents, Livre

Le démon du génie méthodique

Plus de détails

Liszt et la pédagogie du piano. Essai sur l’Art du Clavier selon Liszt. Bertrand Ott. Christine Paquelet Edition Art. Collection « Art ». Paris. 290 pages. 30 euros. N° ISBN : 2-9525090-0. Dépôt légal : décembre 2005.

 

Préfacé par Norbert Dufourcq dès sa première édition en 1978, l’essai de Bertrand Ott, Liszt et la pédagogie du piano, est reparu en édition « revue, augmentée et corrigée » dans la collection » Art » dirigée par Olivier Lussac chez Christine Paquelet Edition. Sa réédition était d’autant plus indispensable que cette espèce de méta-méthode de piano permet de renouveler le débat pianistique, si ce n’est surtout la terminologie disponible pour parler piano. Après quelques considérations assez générales sur l’importance du travail, de la méthode, de la technique et même de l’acharnement, Bertrand Ott entre dans le vif de son sujet (), sous un biais historique. De l’admiration passionnée du pianiste pour Paganini aux auditeurs sonnés par ses prestations au piano, Liszt est raconté dans le détail. Sinon qu’aucun détail n’échappe à un enjeu imparable : à la frénésie de la technicité instrumentale, renvoie de toute façon une révolution de la figure de l’instrumentiste au cours du XIXe siècle. La précision est poussée jusqu’à faire une cartographie du rayonnement du virtuose et de son enseignement, de Russie jusqu’en Amérique.

En offrant un catalogue très fourni des écrits techniques des disciples directs et indirects de Liszt, s’appuyant sur une bibliographie ample et dûment dominée, Bertrand Ott parvient à donner une idée concrète et très éclairée de la pédagogie du piano héritée de Liszt. Aussi, reprenant les travaux de Madame Auguste Boissier (témoin des leçons données par Liszt à sa fille), de -Trautmann (auteur, dans les années 1890, d’ouvrages techniques tels que Le Toucher), relevant scrupuleusement leurs remarques sur chacun des membres qu’un pianiste doit contrôler, l’essayiste répond d’une continuité prodigieuse entre un métier instrumental si caractéristique et le pianisme lisztien. En effet, les muscles, l’épaule, le poignet, la main, les doigts seront autant des éléments de la technique lisztienne détaillés en deuxième partie, suivant une précision ténue, tout aussi idéologique que technique. Car c’est toute l’habileté de Bertrand Ott que de croiser profitablement les deux terminologies (esthétiques et anatomiques).

Pour terminer, Ott lance quelques perspectives sur l’articulation entre le conditionnement physique spécifique à la technique de Liszt et la situation musicale ainsi modifiée entre l’instrumentiste et ses auditeurs. Dans une troisième partie, les critères musicaux justifiant ledit conditionnement sont distinctement répertoriés : l’aisance, la plastique des phrasés, la beauté sonore, le goût du son orchestral. Mobilisant l’iconographie des caricaturistes pour lui donner autant de valeur documentaire que les critiques journalistiques et les écrits techniques des disciples, l’ouvrage offre de nombreuses pistes pour élargir le vocable des pédagogues du piano et, qui plus est, celui des critiques et des mélomanes.

Plus de détails

Liszt et la pédagogie du piano. Essai sur l’Art du Clavier selon Liszt. Bertrand Ott. Christine Paquelet Edition Art. Collection « Art ». Paris. 290 pages. 30 euros. N° ISBN : 2-9525090-0. Dépôt légal : décembre 2005.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.