Resmusica Rouge

La marquise Hélène de Montgeroult et la Marseillaise

À emporter, Biographies, Livre

Hélène de Montgeroult, La Marquise et la Marseillaise. Jérôme Dorival. Éditions Symétrie, Lyon. 423 pages. 40, 00 €. ISBN 978-2-914373-16-6. Novembre 2006.

 

Les Clefs Resmusica

Hélène de Nervo, Marquise de Montgeroult, est pour le moins un personnage peu banal : aristocrate, pianiste ne se produisant en concert que dans des salons, mariée trois fois, elle sauve sa tête en jouant du piano devant les révolutionnaires avant d’être nommée professeur de piano au Conservatoire lors de sa création. Pédagogue reconnue, elle est également l’auteur d’un monumental Cours complet pour l’enseignement du fortepiano (711 pages !) et laisse pour son instrument une bonne centaine d’œuvres dont la plupart sont à visée pédagogique.

En tant que compositrice, sa production est assez troublante à écouter : on y trouve des accents beethovéniens tout aussi bien que des procédés d’écriture pour le piano que l’on rencontrera bien plus tard chez Mendelssohn ou chez Schumann. Notre marquise française serait-elle une des premières musiciennes romantiques ?

Jérôme Dorival, qui est tout aussi bien historien que musicien, nous propose dans son excellent ouvrage le fruit de ses recherches sur cette musicienne peu connue de nos jours alors qu’elle fut célèbre en son temps. Et comme ce fut souvent le cas au cours des époques pré-féministes, il semble bien que certains, des machos jaloux de son talent, se soient employés à faire en sorte qu’elle disparaisse de la mémoire collective et qu’elle tombe dans l’oubli. À l’aide d’une documentation sans faille – comme des ouvrages et des témoignages d’époque – qui est toujours citée, l’auteur nous replonge dans l’existence de notre marquise en évoquant très bien tout le background culturel de l’époque des salons jusqu’au Romantisme.

Cet ouvrage – de référence, forcément – contient également le catalogue des œuvres d’, répertoriées avec les lettres «JD» comme il se doit, une bibliographie, des annexes ainsi qu’un index des personnes. Gageons que le Dorival figurera dans toutes les bonnes bibliothèques.

Pour prolonger la lecture, on ne saurait trop conseiller l’écoute de l’excellent disque de , chez Hortus, qui reprend quelques-unes des pièces d’ et qui porte le même nom que le livre

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.