FBS-ResMusica-mégaBannière

Le Bach plus authentique que jamais d’Amandine Beyer

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Johann Sebastian Bach (1685 – 1750) : Concerto pour violon en ré mineur d’après le BWV 1052 ; Concerto en sol mineur d’après le BWV 1056 ; Concerto en mi majeur BWV 1042 ; Concerto en la mineur BWV 1041. Ensemble Gli Incogniti, violon et direction : Amandine Beyer. 1 CD Zig-Zag Territoires ZZT07501. Enregistré du 15 au 10 janvier 2007 en l’église St Marcel à Paris. Notice (intéressante) en français et anglais. Durée totale : 57’05’’

 

Il ne faudrait pas que le « packaging » quelque peu baroque de ce nouveau disque Zig-Zag Territoires rebute ses auditeurs potentiels, car ils passeraient alors à côté de passionnants moments musicaux, si merveilleusement baroques dans un tout autre sens… Leur perte serait double, car ils manqueraient non seulement la très grande qualité musicale des interprètes, mais aussi le contenu savoureusement original de ce disque. Une originalité qui ne se caractérise pourtant que par un fort désir d’authenticité.

Il n’était pas rare pour de transformer ses partitions concertantes, en les adaptant pour différents instruments ; ainsi, les musicologues pensent-ils que les concertos pour clavecin BWV 1052 en ré mineur et BWV 1056 en sol mineur sont en réalité des transcriptions de concertos à l’origine composés pour le violon. et son ensemble Gli Incogniti ont donc jugé tout à fait légitime d’interpréter ces œuvres dans leur version supposée originale. Nous les entendons ici aux côtés des concertos BWV 1042 en mi majeur et BWV 1041 en la mineur, qui sont quant à eux des incontournables du corpus violonistique de Bach.

Mais la recherche d’authenticité ne s’arrête pas là ; c’est un débat qui se prolonge depuis des années ; on tend cependant à penser, aujourd’hui, que les concertos baroques, et notamment ceux de Bach, faisaient appel à une formation instrumentale réduite, avec un seul musicien par partie. L’ensemble Gli Incogniti a donc décidé d’illustrer cette théorie. Aidés par une magnifique prise de son, les musiciens proposent une interprétation qui donne la part belle à un tissu polyphonique et contrapuntique clair et limpide, sans que ne soit uniquement valorisée la partie concertante. Il se dégage de cette formation allégée une agréable fraîcheur, chaque instrumentiste jouant avec passion, énergie et engagement, sans jamais tomber dans l’exagération. est toujours aussi magnifique, son jeu est époustouflant, son phrasé fluide et subtil.

A n’en pas douter, ce disque au goût de retournes-y devrait marquer non seulement les esprits mais peut-être aussi le début d’un renouveau dans l’art et la manière d’interpréter les concertos de Bach.

Banniere-clefdor1-aveclogo

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.