Festivals, La Scène, Spectacles divers

Jazz de Catalogne à Paris : à la Saint Jordi, offre une rose !

Plus de détails

Il y a parfois des initiatives musicales dont on a envie de parler, même si le CD qui en est la conséquence ne se trouvera jamais dans le bac des disquaires, même si les concerts en question sont déjà passés et n’ont malheureusement pas reçu la visite d’un rédacteur de Resmusica, même si le répertoire n’est pas tout à fait celui qui préoccupe la majorité de nos lecteurs

Il y a parfois des initiatives musicales dont on a envie de parler, même si le CD qui en est la conséquence ne se trouvera jamais dans le bac des disquaires, même si les concerts en question sont déjà passés et n’ont malheureusement pas reçu la visite d’un rédacteur de Resmusica, même si le répertoire n’est pas tout à fait celui qui préoccupe la majorité de nos lecteurs. Il y a des initiatives dont on a envie de parler simplement parce qu’elles témoignent de l’amour de la musique.

Tout d’abord, le 23 avril est toujours une belle journée, parce qu’elle est proclamée journée mondiale du livre par l’Unesco. Mais en plus, en Catalogne, le 23 avril est le jour de Sant Jordi, et, par tradition, on offre des livres et des roses… Et le 23 avril 2007, c’était aussi l’ouverture de Jazz de Catalogne à Paris.

Mais les choses se sont déroulées bien en amont, quand l’Institut Catalan des Industries Culturelles a proposé à Alex Dutilh, rédacteur en chef du magazine français « Jazzman », de réaliser sans aucune contrainte d’ordre mercantile, une compilation de ses coups de cœur à partir d’une cinquantaine de CD de jazz de musiciens catalans. C’est déjà dire la richesse et la créativité musicale de ce pays. Celui-ci s’est donc attelé à la tâche, avec pour objectif de déceler les œuvres, les interprétations, dans lesquelles on ressent la « catalanitude » (c’est son mot), l’appel aux racines qui crée la différence, la personnalité. Cette compilation a donné lieu à un CD, qu’on ne trouvera pas hélas dans le commerce, mais qui a été distribué en France avec le numéro de novembre de « Jazzman ». Toutefois, ayant bénéficié d’un exemplaire de presse, et le jazz n’étant pas particulièrement notre point fort, plus proche que nous sommes de Rossini ou Massenet, nous avons demandé l’avis que notre collaborateur Frédéric Platzer, contrebassiste dans une formation de jazz, pour en avoir le cœur net.

Le CD réalisé nous propose une compilation de dix-sept titres issus d’autant d’albums réalisés par des jazzmen catalans. Au moment de placer la galette dans le lecteur, on pourrait se dire que le jazz espagnol – pardon, catalan – ne figure sans doute pas parmi ce qui se fait de mieux dans le genre. Détrompez-vous : ces musiciens sont aussi bons que ceux de n’importe quel pays : ils ont la technique, le swing, le groove et tout ce que vous voudrez d’autre ! Ils ont, comme tout le monde, beaucoup écouté et appris et leur musique n’est pas olé – olé (c’est presque un titre de Coltrane). Suivant les titres, on parcourt l’ensemble des styles et des formations comme le solo, duo, trio, quatuor, … avec – ou sans –voix. S’il fallait chercher des éléments un peu plus ibériques, ce serait peut-être dans l’utilisation de la guitare (classique) un peu plus fréquente qu’ailleurs et quelques figures rythmiques parfois influencées par l’autre côté de la Méditerranée. Il est à noter que les titres proposés sont presque tous originaux et ne sonnent jamais comme des « espagnolades » (ils auraient pu être composés par n’importe qui dans le monde). Parmi les très rares reprises de cet album, soulignons Alegrías de Medianoche (Round about midnight) dans une version flûte traversière, guitare et percussions, très influencée par le flamenco et qui ne sonne pourtant pas « couleur locale ». Pour conclure, si vous croisez ce disque avec sa belle pochette au perroquet bleu : écoutez-le.

Deuxième exercice, encore plus pointu : le club de jazz du Duc des Lombards a été contacté pour faire une sélection de cette sélection, et monter trois concerts. Ont été choisis les jeunes Barcelonais Sergi Sirvent et Santi Careta, le pianiste Ignasi Terraza, prix du disque de jazz de l’année 2006, Jon Robles et David Mengual, Mirage, et le Jordi Matas Quintet.

A l’heure où vous lirez ces lignes, l’événement sera terminé. Mais l’enthousiasme et l’amour de la musique seront toujours intacts. Alors…alors… le 23 avril prochain, pensez à offrir des roses !

Catherine Scholler et Frédéric Platzer

Plus de détails

Il y a parfois des initiatives musicales dont on a envie de parler, même si le CD qui en est la conséquence ne se trouvera jamais dans le bac des disquaires, même si les concerts en question sont déjà passés et n’ont malheureusement pas reçu la visite d’un rédacteur de Resmusica, même si le répertoire n’est pas tout à fait celui qui préoccupe la majorité de nos lecteurs

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.