À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Vienne, Schönberg et ses suiveurs par Steffen Schleiermacher

Plus de détails

Arnold Schoenberg (1874-1951) : Trois pièces pour piano op. 11 ; Pièce pour piano n°2. Egon Wellesz (1885-1974) : Trois esquisses pour piano op. 6. Józef Koffler (1896-1943/44 ?) : Musique de ballet op. 7. Hans Eisler (1898-1962) : Pièces pour piano op. 3. Victor Ullmann (1898-1944) : Sonate n°6 op. 49. Hanns Jelinek (1901-1969) : Six pièces extraites de « Zwölfonwerk » op. 15 n°2. Roberto Gerhard (1896-1970) : Dos apunts. Steffen Scheiermacher, piano. 1 CD MDG MDG 613 1433-2. Enregistré en février 2005 à Bad Arolsen. Notice de présentation en allemand, anglais et français. Durée : 79’04’’

 

Peu connu de ce côté du Rhin, le compositeur, pianiste et animateur culturel de Leipzig impose une discographie intransigeante centrée sur des classiques du XXe siècle et qui culmine dans une intégrale ultracomplète et indispensable de la musique pour piano de . Ce présent disque thématique, modèle qu’il affectionne particulièrement, est très intelligemment tourné vers Schœnberg et quelques-uns de ses « suiveurs », compagnons de route plus ou moins proches esthétiquement, idéologiquement et politiquement qui ont tous en commun d’avoir assisté aux séminaires du maître, organisés à Vienne

On découvre ainsi des pièces de compositeurs qui bénéficient depuis quelque temps d’un intérêt discographique : , Hans Eisler, Victor Ulmann, mais aussi des artistes tombés dans un oubli absolument total à l’image de et . Premier compositeur d’origine polonaise et ukrainienne à utiliser la série de douze sons, Koffler nous livre une sorte de tango dodécaphonique unique dans l’histoire de la musique. Musicien d’un indéniable talent, il fut tristement assassiné par la Gestapo en 1943 ou 1944. Compositeur, mais aussi musicien de bars et de cinémas pour gagner sa vie, ne parvient à transmettre son savoir que dans les années 1950 quand il intégra le corps professoral de l’Académie Supérieure de Musique de Vienne. Il se consacra alors à des pièces pédagogiques à l’instar de son cycle Zwölfonwerk pour piano et divers ensembles instrumentaux dans le but de familiariser publics et musiciens au système initié par Schönberg.

Tout au long de ce programme, notre pianiste fait preuve d’une grande assurance et d’une belle maîtrise, mais on regrette un ton trop didactique et un toucher trop uniforme pour transcender ces pièces parfois arides dans leur respect du dogme. En l’absence de concurrence, on écoutera forcément avec grand intérêt ce disque important pour notre connaissance de l’histoire de la musique dodécaphonique.

Plus de détails

Arnold Schoenberg (1874-1951) : Trois pièces pour piano op. 11 ; Pièce pour piano n°2. Egon Wellesz (1885-1974) : Trois esquisses pour piano op. 6. Józef Koffler (1896-1943/44 ?) : Musique de ballet op. 7. Hans Eisler (1898-1962) : Pièces pour piano op. 3. Victor Ullmann (1898-1944) : Sonate n°6 op. 49. Hanns Jelinek (1901-1969) : Six pièces extraites de « Zwölfonwerk » op. 15 n°2. Roberto Gerhard (1896-1970) : Dos apunts. Steffen Scheiermacher, piano. 1 CD MDG MDG 613 1433-2. Enregistré en février 2005 à Bad Arolsen. Notice de présentation en allemand, anglais et français. Durée : 79’04’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.