À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Les Stradivari jouent les quintettes de Mozart

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Les quintettes à cordes. Quatuor Stradivari : Mariana Sirbu et Cristina Dancila, violon, Massimo Paris, alto et Mihai Dancila, violoncelle ; avec Karine Lethiec (second alto). 3 CDs Dynamic CDS 495/1-3, code barre : 800144604950. Enregistré au Santuario della Madonna del Rosario à Comabbio (Italie) de juin à octobre 2006. Notice quadrilingue en italien, anglais, allemand et français. Durées : 58’19, 68’19 et 50’01.

 

Les Clefs ResMusica

Au début de l’époque classique, lorsque la basse continue disparaît, de nouveaux genres de musique de chambre apparaissent, tels les trios, quatuors et quintettes à cordes. Si pour les deux premiers, l’effectif s’est stabilisé assez rapidement, pour le dernier, en revanche, constitué finalement d’un quatuor à cordes augmenté d’un instrument, aucune norme stricte ne semble avoir pu se définir. Certains compositeurs ont ajouté un second violoncelle (Boccherini, quasi-créateur du genre, Schubert) ou une contrebasse (La Truite du même Schubert), ce qui confère à l’ensemble une sonorité orientée vers les extrêmes. Mozart, à l’instar de Michael Haydn (le frère de Joseph), a toujours choisi l’option avec deux altos (si on excepte la Petite Musique de nuit, qui est une sérénade et qui comprend une partie de contrebasse), ce qui a alors pour effet de renforcer le médium.

La production mozartienne ne comporte que six numéros, composés à des époques différentes. Le tout premier essai date de 1773 et ne sera suivi de trois autres destinés à la publication qu’en 1787 (dont un arrangement d’une œuvre antérieure) ; les deux derniers, quant à eux, datent de la fin de 1790 et d’avril 1791. Ces œuvres magnifiques et profondes – sans doute moins « commerciales » que les quatuors – ne se laissent pas forcément appréhender du premier coup d’oreille mais ne sont pas non plus totalement ésotériques, avec un peu d’attention on y trouve très vite son compte.

Le quatuor italien Stradivari (la mère au premier violon, la fille au second, le père au violoncelle et un ami à l’alto) auquel s’est jointe l’altiste française nous donne une version très convaincante de ces chefs-d’œuvre. Ces cinq musiciens, parfaitement à l’écoute les uns des autres, réussissent à atteindre, dans la cohésion, une perfection véritablement remarquable. Les options d’interprétations (tempi, nuances, attaques, etc. ) sont toutes cohérentes et ne peuvent jamais être prises en défaut. C’est vraiment très bien fait. La prise de son est également à louer : pas de grincements dans les aigus, souvent reprochés aux enregistrements des cordes, tout le spectre est rempli !

Si vous ne connaissez pas ces œuvres et qu’elles vous tentent, n’hésitez pas : vous aurez beaucoup de chance de les découvrir avec ce coffret.

(Visited 215 times, 1 visits today)

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Les quintettes à cordes. Quatuor Stradivari : Mariana Sirbu et Cristina Dancila, violon, Massimo Paris, alto et Mihai Dancila, violoncelle ; avec Karine Lethiec (second alto). 3 CDs Dynamic CDS 495/1-3, code barre : 800144604950. Enregistré au Santuario della Madonna del Rosario à Comabbio (Italie) de juin à octobre 2006. Notice quadrilingue en italien, anglais, allemand et français. Durées : 58’19, 68’19 et 50’01.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.