À emporter, CD, Musique symphonique

Václav Talich dans son élément

Plus de détails

Antonín Dvořák (1841-1904) : Symphonie n°7 en ré mineur op. 70 ; Symphonie n°8 en sol majeur op. 88. Orchestre Philharmonique Tchèque, direction : Václav Talich. 1 CD Naxos Historical 8111045. Code barre : 747313304523. Enregistré au Studio n°1, EMI Abbey Road, Londres, le 23 novembre 1938 (Symphonie n°7) et les 23 et 28 novembre 1935 (Symphonie n°8). ADD. Notice unilingue (anglais) excellente. Durée : 73’06

 

Ce remarquable CD est le tout premier consacré par Naxos Historical aux gravures 78 tours/min His Master’s Voice du chef tchèque Václav Talich dans un répertoire qu’il affectionnait tout particulièrement : l’œuvre de Dvořák qu’il eut l’occasion de côtoyer lorsqu’il était étudiant au Conservatoire de Prague sous le directorat de l’illustre compositeur.

Les enregistrements Supraphon que Talich accomplit à la fin de sa vie sont à juste titre célèbres, mais on connaît moins ses remarquables gravures 78 tours réalisées par His Master’s Voice dès 1929, tour à tour à Prague et au Studio n°1 londonien d’EMI Abbey Road, toutes évidemment avec l’incomparable Philharmonie Tchèque. En voici brièvement la liste : mars 1929, Má Vlast (Smetana) ; 1935, Ouverture Carnaval, Danses slaves, Symphonie n°8 (Dvořák) ; 1938, Symphonies n°6 et n°7 (Dvořák), Sérénade pour cordes (Suk) ; 1940, Polka Našim Děvám (Smetana) ; 1941, Má Vlast (Smetana).

La gravure de la Symphonie n°7, réalisée le 23 novembre 1938, est précieuse à plus d’un titre : d’abord elle est la seule accomplie par qui n’aura jamais l’opportunité de la refaire par la suite, en microsillon pour Supraphon ; ensuite Talich nous en livre une interprétation d’une sombre beauté idéalement associée à ce lyrisme typiquement tchèque qui rend les exécutions brahmsiennes de cette œuvre totalement caduques. Cette Symphonie de Dvořák fut toujours très populaire et appréciée en Angleterre, depuis sa création par le compositeur le 22 avril 1885 à la Société Philharmonique de Londres qui avait fait Dvořák membre honoraire en 1884, et à laquelle l’œuvre était dédiée.

Dans l’enregistrement de la Symphonie n°8, réalisé en novembre 1935, Talich est tout simplement incomparable, nous offrant une exécution extrêmement chaleureuse et naturellement lumineuse, bien supérieure à celle captée par Supraphon en octobre 1951. Le seul petit reproche que l’on pourrait lui faire (mais le chef était alors tributaire de la durée des 78 tours), concerne l’absence des deux reprises de la dernière variation du Finale Allegro ma non troppo, ce qui déséquilibre quelque peu le discours et la structure de ce mouvement.

Les reports en CD, effectués par Mark Obert-Thorn sont, une fois de plus, exceptionnels de pureté et de clarté, et sont très nettement préférables à ceux, trop artificiellement filtrés, réalisés par Supraphon (pour la Symphonie n°7) dans le cadre de sa récente « Václav Talich Special Edition » en dix-sept volumes. À des conditions par ailleurs aussi économiques, souhaitons que Mark Obert-Thorn ait l’opportunité de transférer chez Naxos Historical tous les autres enregistrements His Master’s Voice d’avant-guerre accomplis par , afin que soit perpétuée la légende dans les meilleures conditions techniques possibles.

Plus de détails

Antonín Dvořák (1841-1904) : Symphonie n°7 en ré mineur op. 70 ; Symphonie n°8 en sol majeur op. 88. Orchestre Philharmonique Tchèque, direction : Václav Talich. 1 CD Naxos Historical 8111045. Code barre : 747313304523. Enregistré au Studio n°1, EMI Abbey Road, Londres, le 23 novembre 1938 (Symphonie n°7) et les 23 et 28 novembre 1935 (Symphonie n°8). ADD. Notice unilingue (anglais) excellente. Durée : 73’06

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.