Concerts, La Scène, Musique symphonique

Le triomphe de Sébastien Guedj

Plus de détails

Liège. Salle Philharmonique. 06-X-2007. César Franck (1822-1890) : Psyché et Eros, extrait de Psyché. Richard Strauss (1864-1949) : concerto pour hautbois et petit orchestre en ré majeur. Félix MendelssohnBartholdy (1809-1847) : symphonie n°5 en ré mineur « Réformation », Op. 107. Sébastien Guedj, hautbois ; Orchestre philharmonique de Liège, direction : Pascal Rophé

En dépit de l’inauguration de la toute proche et encombrante foire d’octobre de Liège, la salle philharmonique était bien remplie pour ce concert de matinée. L’attrait du programme résidait dans l’exécution du concerto pour hautbois de avec, en soliste, , l’un des « premiers solistes » de la formation. Il était particulièrement stimulant d’entendre ce jeune musicien dans un concerto du répertoire, tant ce dernier nous a souvent gratifié de prestations hautement inspirées dans les nombreux traits symphoniques réservés à son instruments.

Œuvre tardive (1945), le concerto de qui alterne trois mouvements enchaînés, est de style très classique avec des teintes mozartiennes nostalgiques mais lumineuses alors que l’orchestration et le dialogue avec l’orchestre témoignent de la virtuosité et de la maîtrise orchestrale d’un compositeur alors âgé de 81 ans. se glisse avec maestria dans cette pièce excessivement exigeante par la longueur des interventions et par leur technicité ; sa sonorité chaleureuse et sa musicalité tiennent en haleine le public. Très à l’aise dans ce répertoire et conduit avec attention par , l’Orchestre philharmonique de Liège sonne avec brio et rondeur.

L’autre pièce de résistance du programme était la symphonie n°5 de Mendelssohn. Dès les premières notes, trouve la combinaison entre l’élan et la noblesse de ton nécessaire à rendre cette pièce écrite en hommage au tricentenaire de la confession d’Augsburg qui marqua la Réforme protestante. L’orchestre sonne avec précision et rondeur, avec des cuivres justes et des bois virevoltant dans l’Allegro Vivace du second mouvement. En ouverture du concert, les artistes proposaient « Psyché et Eros », tiré du vaste poème symphonique Psyché. D’une dizaine de minutes, cette musique déborde de sensualité et de lumière. La formation belge n’a guère de concurrence dans ce répertoire et cette interprétation est idéale au niveau de la forme et du fond.

Crédit photographique : Sébastien Guedj / DR

Plus de détails

Liège. Salle Philharmonique. 06-X-2007. César Franck (1822-1890) : Psyché et Eros, extrait de Psyché. Richard Strauss (1864-1949) : concerto pour hautbois et petit orchestre en ré majeur. Félix MendelssohnBartholdy (1809-1847) : symphonie n°5 en ré mineur « Réformation », Op. 107. Sébastien Guedj, hautbois ; Orchestre philharmonique de Liège, direction : Pascal Rophé

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.