À emporter, CD, Musique d'ensemble

Les Sacqueboutiers mettent le feu

Plus de détails

Mateo Flecha (1481 – 1553) : El Fuego, La Justa, La Guerra et La Negrina. Juan Vásquez (1500 – 1560) : Por vida de mis ojos, En la fuente del Rosel et ¿Con qué la lavaré ?. Sebastián Aguilera de Heredia (1570 – ?) : Tiento de batalla de 8° tono. Francisco Correa de Arauxo (1584 – 1654) : Tiento de 6° tono Sobre la batalla de Morales. Ensemble instrumental et vocal Les Sacqueboutiers, direction : Jean-Pierre Canihac. 1 CD Ambroisie AM129, code barre : 822186001295. Enregistré à l’auditorium de « La vache » au Conservatoire de Toulouse en septembre 2005. Notice en français et en anglais avec la traduction complète des textes chantés. Durée : 66’25’’.

 

Cet album pour le moins flamboyant – et pas seulement par son titre – nous propose une compilation d’œuvres aussi bien vocales qu’instrumentales de la Renaissance espagnole, composées par des musiciens actifs du début du XVIe jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Le plus représenté ici est Mateo Flecha, auteurs de plusieurs Ensaladas (« salades » musicales), œuvres mêlant des textes écrits dans des mètres différents, dans des langues différentes et adoptant des styles différents, de la polyphonie à quatre voix la plus sérieuse jusqu’aux passages comiques en onomatopées les plus savoureuses, télescopage dont l’époque était très friande. Ces œuvres vives et alertes, mêlant voix et instruments, ont des durées assez remarquables puisqu’elles dépassent souvent les dix minutes et s’approchent même du quart d’heure. Le deuxième musicien entendu ici est Juan Vásquez, auteur de chansons polyphoniques un peu plus sages et plus courtes mais néanmoins très expressives. Le programme est complété par des œuvres instrumentales écrites à l’origine pour orgue mais arrangées pour consort, reposant sur des thèmes connus (comme La Batalla de Moralès).

Il faut le dire, les reconstitutions proposées ici sont très vivantes : l’auditeur est submergé par une profusion de voix (un excellent quatuor de solistes) et de timbres instrumentaux variés et justes (les cornets, chalémies et sacqueboutes sont assez redoutables à ce sujet). Il est vrai également qu’il vaut mieux suivre les œuvres la traduction en main pour mieux en saisir le déroulement. Interprétation impeccable donc, enregistrement parfait, pochette très belle (Arcimboldo) : cet album est hautement recommandable. De plus, on peut saluer la notice très intéressante rédigée par même si on peut remarquer que le paragraphe sur Correa de Arauxo semble être un clone de l’article Wikipédia qui lui est consacré (avec les mêmes dates de naissance et de décès, différentes de celles figurant au dos de la pochette). Les grands esprits se sont sans doute rencontrés au coin … du feu !

Plus de détails

Mateo Flecha (1481 – 1553) : El Fuego, La Justa, La Guerra et La Negrina. Juan Vásquez (1500 – 1560) : Por vida de mis ojos, En la fuente del Rosel et ¿Con qué la lavaré ?. Sebastián Aguilera de Heredia (1570 – ?) : Tiento de batalla de 8° tono. Francisco Correa de Arauxo (1584 – 1654) : Tiento de 6° tono Sobre la batalla de Morales. Ensemble instrumental et vocal Les Sacqueboutiers, direction : Jean-Pierre Canihac. 1 CD Ambroisie AM129, code barre : 822186001295. Enregistré à l’auditorium de « La vache » au Conservatoire de Toulouse en septembre 2005. Notice en français et en anglais avec la traduction complète des textes chantés. Durée : 66’25’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.