À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Mendelssohn retrouvé par Daniel Hope ?

Plus de détails

Felix Mendelssohn (1809 – 1847) : Concerto pour violon et orchestre en mi mineur op. 64 (version de 1844) ; Octuor pour cordes en mi bémol majeur op. 20 (version de 1832) ; Lieder arrangés pour violon et piano. Daniel Hope, violon ; Chamber Orchestra of Europe, direction : Thomas Hengelbrock. 1 CD Deutsche Grammophon 477 6634, code barre : 028947766346. Enregistré au palais des Congrès de Graz en juin 2007. Notice trilingue en anglais, allemand et français. Durée : 64’36’’.

 

D’après la notice ou plus visiblement le boîtier de ce disque, les trois œuvres présentées dans cet album sont enregistrées ici pour la toute première fois. Pourtant, votre œil désormais bien exercé à la lecture répétée des excellentes chroniques de Resmusica. com aura certainement repéré le Concerto pour violon (il n’y en a qu’un seul) et l’Octuor pour cordes (un seul exemplaire également), deux œuvres pour lesquelles on ne peut pas dire que leur enregistrement soit une première mondiale. Alors ?

Alors, il semblerait que ponctuellement ait laissé à des tiers le soin de corriger certains passages de ses œuvres. Dans le cas de l’Octuor, œuvre de jeunesse, cela peut se concevoir assez aisément : les remarques d’un violoniste de renom ou d’un éditeur chevronné peuvent être de bon conseil. En revanche, pour le Concerto, œuvre de la maturité, c’est plus étonnant et c’est pourtant ce qui s’est produit. Rassurez-vous, ces deux versions « primitives » ne changeront pas le moins du monde votre perception du monde de Mendelssohn. Pour être capable de repérer les changements opérés, il faudrait vraiment connaître ces œuvres à la note près, c’est-à-dire pratiquement les avoir jouées. Ce n’est pas votre cas ? Vous êtes pardonné bien volontiers car seules les oreilles très exercées remarqueront d’infimes différences dans l’orchestration, dans l’écriture de la partie soliste (certains passages ont changé d’octaves) ainsi que dans la cadence soliste qui est d’une longueur et d’un esprit différents. Idem pour l’Octuor.

Version primitive ou pas, la version de , accompagné par l’Orchestre de Chambre d’Europe, est très honnête, il n’y a pas grand-chose à en dire, car si cet enregistrement ne révolutionne pas la discographie du compositeur, c’est tout de même bien pensé, bien joué, bien enregistré.

En revanche, le complément de programme, des arrangements pour violon et piano de Lieder de Mendelssohn par , est très anecdotique mais il paraît que l’un de ces pièces était le morceau préféré de son arrière-grand-père, alors…

Pour conclure, cet album est sympathique mais pas révolutionnaire ; il intéressera néanmoins ceux qui collectionnent avec délice les enregistrements du Concerto pour violon.

(Visited 306 times, 1 visits today)

Plus de détails

Felix Mendelssohn (1809 – 1847) : Concerto pour violon et orchestre en mi mineur op. 64 (version de 1844) ; Octuor pour cordes en mi bémol majeur op. 20 (version de 1832) ; Lieder arrangés pour violon et piano. Daniel Hope, violon ; Chamber Orchestra of Europe, direction : Thomas Hengelbrock. 1 CD Deutsche Grammophon 477 6634, code barre : 028947766346. Enregistré au palais des Congrès de Graz en juin 2007. Notice trilingue en anglais, allemand et français. Durée : 64’36’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.