Audio, Musique d'ensemble, Parutions

Mille Bonjours ! Tapisserie aux Milles fleurs !

Plus de détails

Guillaume Dufay (1397?-1474) : Chansons : Pour ce que je veoir je ne puis ; Helas mon dueil, a ce cop sui je mort ; Mille bonjours je vous présente ; Helas, et quant vous veray ? Je languis en piteux martire ; Mon chier amy, qu’avés vous empensé ; C’est bien raison de devoir essaucier ; Resvelliés vous et faites chiere lye ; Franc cuer gentil, sur toutes gracieuse ; S’il est plaisir que je vous puisse faire ; Par le regard de vos beaux yeux ; Se la face ay pale ; Je veuil chanter de cuer joyeux ; Entre vous gentils amoureux ; Puisque vous estez campieur ; He compaignons resvelons nous. Conrad Paumann (c. 1410-1473) : Mit ganczem Willen. Aïno Lund-Lavoipierre, soprano ; Frédéric Betous et Andrès Rojas-Urrego, altos ; Raphaël Boulay, ténor ; Julien Ferrando, clavicytherium ; Evelyne Moser et Domitille Vigneron, vièles à archet. Diabolus in Musica, guiterne et direction : Antoine Guerber. 1 CD Alpha Alpha116. Code barre : 3 760014 191169. Enregistrement à la Ferme de Villefavard (Haute-Vienne). Notice très riche bilingue : français, et anglais ; Durée : 75’57’’

 

Il existe deux manières de commenter un enregistrement de musique médiévale, en parler sous l’aspect technique, avec les mots des spécialistes ou bien se laisser atteindre par l’émotion qui en émane.

Si était déjà considéré de son temps comme un compositeur surdoué, il nous est surtout connu aujourd’hui pour son répertoire liturgique. C’est ici, certaines de ses chansons profanes que nous proposent de découvrir et l’ensemble . les composa durant ses séjours en Italie, à deux périodes bien délimitées, et qui semblent avoir été les plus heureuses, de son existence.

Ce dernier, comme tous les compositeurs de son temps était issu du monde austère des cathédrales, mais travailla au service des ducs de Bourgogne et de la Cour de Savoie.

Rondeaux et Bergerettes, évoquent ici le monde de ces cours ou princes et belles dames réellement cultivés apprenaient la musique dès l’enfance, s’entourant de ménestrels et troubadours créant autour d’eux une ambiance raffinée, précieuse et frivole. On est étonné par la magie, ce sentiment d’irréalité que crée avec de rares instruments. Et ceci non seulement au sens de peu (4), mais surtout de rareté. La pureté évanescente des notes du clavicytherium dans les quatre airs qui rythment les quatre thèmes retenus, Souffrances & deuils, Louanges du prince, L’amoureux transi et Joies & Fêtes, nous ouvre les portes d’un monde enchanté, jardins de délices et de senteurs, invitation à l’éveil des cinq sens. Chaque chanson nous raconte une histoire comme autant d’image d’un livre d’heures, et dont la délicatesse des mots s’appuie sur des audaces harmoniques d’une élégante « simplicité » dont les interprètes savent nous rendre avec un goût raffiné toutes les nuances. Aux voix clairement articulées, sachant jouer de la musicalité de la prosodie, aux instruments à la délicate sobriété, tout participe à rendre intelligible, sensible et sensuel ces airs du temps d’un amour qui se voulait courtois, entre Pétrarque et Isabelle d’Este. Suivez sans hésiter ce destrier, noble monture à la blancheur éclatante dans le cœur de ses tapisseries aux milles fleurs où parfois se promenaient licornes et autres animaux fabuleux.

(Visited 120 times, 1 visits today)

Plus de détails

Guillaume Dufay (1397?-1474) : Chansons : Pour ce que je veoir je ne puis ; Helas mon dueil, a ce cop sui je mort ; Mille bonjours je vous présente ; Helas, et quant vous veray ? Je languis en piteux martire ; Mon chier amy, qu’avés vous empensé ; C’est bien raison de devoir essaucier ; Resvelliés vous et faites chiere lye ; Franc cuer gentil, sur toutes gracieuse ; S’il est plaisir que je vous puisse faire ; Par le regard de vos beaux yeux ; Se la face ay pale ; Je veuil chanter de cuer joyeux ; Entre vous gentils amoureux ; Puisque vous estez campieur ; He compaignons resvelons nous. Conrad Paumann (c. 1410-1473) : Mit ganczem Willen. Aïno Lund-Lavoipierre, soprano ; Frédéric Betous et Andrès Rojas-Urrego, altos ; Raphaël Boulay, ténor ; Julien Ferrando, clavicytherium ; Evelyne Moser et Domitille Vigneron, vièles à archet. Diabolus in Musica, guiterne et direction : Antoine Guerber. 1 CD Alpha Alpha116. Code barre : 3 760014 191169. Enregistrement à la Ferme de Villefavard (Haute-Vienne). Notice très riche bilingue : français, et anglais ; Durée : 75’57’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.