Resmusica Rouge

Prometeo, Tragedia dell’ascolto

À emporter, CD, Opéra

Luigi Nono (1924-1990) : Prometeo, Tragedia dell’ascolto. Petra Hoffmann, Monika Bair-Ivenz, soprano ; Susanne Otto, Noa Frenkel, alto ; Hubert Mayer, ténor ; Sigrun Schnell, Gregor Dalal, récitants. Ensemble Recherche, Solistenchor Freiburg ; Monika Wieck, Elisabeth Rave, Svea Schildknecht, soprano ; Brigitta Schork, Evelyn Lang, Judith Ritter, alto ; Thomas Gremmelspacher, Klaus Michael von Bibra, Martin Ohm, tenor ; Uli Rausch, Matthias Schadock, Philipp Heizmann, basse. Solistenensemble des Philharmonischen Orchesters Freiburg ; Solistenensemble des SWR Sinfonieorchesters Baden-Baden et Freiburg. Experimentalstudio de Heinrich-Strobel-Stiftung du Sudwestrundfunks : réalisation électronique ; André Richard, chef de chœur, concepteur de la spatialité du son, directeur du son ; Reinhold Braig, Joachim Haas, Michael Acker, directeurs du son ; Bernd Noll, technicien du son. Peter Hirsch, 1er chef ; Kwamé Ryan, 2ème chef. 2 CD Col Legno références LC07989. Enregistré le 16-18 Mai 2003 à Konzerthaus Freiburg, Rolf Böhme Saal. Notice Trilingue (allemand, anglais, français). Durée : 2h15’.

 

Créé dans les années 80, Prometeo, Tragedia dell’ascolto est sans doute l’une des œuvres phares du renouvèlement du théâtre musical en Italie qui trouve sa finalité dans la nécessité première de la communication. à travers cette œuvre met en évidence la problématique du rapport musique-image et de la valorisation du silence à l’intérieur du processus sonore narratif-constitutif qui se révèle enrichissant tant pour le compositeur que pour l’interprète et l’auditeur-spectateur.

Pour échapper au rituel traditionnel de l’opéra le compositeur fit concevoir par l’architecte Renzo Piano pour la première représentation une structure particulière en bois : espace sonore dans lequel le son peut s’épanouir et l’écoute se libérer de l’esclavage de la vision.

Ainsi la dimension acoustique où les sons réels et le son transformé (selon la technique du live electronics) s’intègrent dans le « son », se charge d’une fonction précise structurelle pour la composition. Il ne s’agit plus de mettre au point une méthode compositionnelle rationaliste mais d’un exercice (d’écriture et d’écoute) qui revalorise la subjectivité. En faits la coprésence du son acoustique et son amplifié, de la génération physio-mécanique et génération électronique crée une dilatation et une superposition d’intensités sonores qui donne son origine à la trago(i)dia. Cette tragédie de l’écoute, attribue une importance considérable au silence : possibilité d’ouverture à l’autre, phénoménologie d’écoute du « moi étranger ».

Le livret organisé en iles et stasimon est reproduit en format de poche dans ce merveilleux coffret pour aider l’auditeur à suivre. L’ampleur de la « mission » de Nono est mise en évidence par le nombre exceptionnel d’interprètes qui figurent dans cet enregistrement : du Solistenchor Freiburg, interprètes historiques de nombreux travaux du compositeur à l’Experimentalstudio fur Akustiche Kunst qui réalise de manière exemplaire la partition électroacoustique tout en passant par l’alto Susanne Otto pour laquelle Nono conçu spécialement une partie musicale et le soprano , elle aussi première interprète du Prometeo de 1984.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.