Aller + loin, Dossiers, Opéra

L’opéra en France : une économie particulière

Plus de détails

Leurs disparités en France en font leur force : si aucune maison d’opéra ne se ressemble, leurs saisons sont en tout logique fortement individualisées. Organisation, montage de spectacles, répartition territoriale, modèle économique… Tous les sujets sont abordés dans ce dossier sur le monde lyrique dans l’hexagone. Pour accéder au dossier complet : L’opéra en France

 

Combien coûte un opéra ?

Un opéra est immanquablement en déficit. La billetterie ne représente au mieux que 30% des coûts d’une production. Alors pourquoi maintenir de tels ensembles si coûteux, qui finalement intéressent peu de monde ? Les collectivités et l’Etat ne gagneraient-ils pas, en fermant les opéras, à faire des économies considérables ? Alors, dans ce cas, pourquoi ne l’a-t-on pas fait plus tôt ?

Des retombées annexes

Napoléon III en commandant à grands frais le Palais Garnier l’avait bien compris : un opéra est le reflet culturel le plus important d’une ville, et contribue à son rayonnement. Un opéra, s’il ne se suffit pas financièrement à lui-même, est un formidable levier d’économie locale : le spectateur, en plus de payer sa place, doit bien se restaurer, prendre un verre, utiliser les transports en communs ou un taxi, et pour les plus grandes maisons qui attirent un vaste public (géographiquement parlant), payer sa chambre d’hôtel. Une étude menée au début des années 90 sous la direction de Maryvonne de Saint-Pulgent (le syndrome de l’opéra, Robert Laffont) démontrait que les retombées économiques indirectes d’une maison d’opéra étaient nettement avantageuses pour une municipalité. Indirectement, un théâtre lyrique est donc bénéficiaire ! Mais pour comprendre cela, il faut avoir une vision large et à long terme, ce qui fait cruellement défaut à nos politiques aujourd’hui. Toutefois un opéra doit tout de même justifier sa place pour que les pertes dues à son fonctionnement ne créent pas de déséquilibre : le taux moyen de remplissage annuel ne doit pas être en dessous de 85%.

Populaire ou non ?

Vaste question, l’opéra est-il populaire ? Oui et non. Non car malgré les efforts faits en direction du jeune public, les théâtres communiquent peu en dehors des médias spécialisés. Et un spectacle d’opéra est contraignant : bien plus long qu’une pièce de théâtre, l’intrigue est souvent invraisemblable, les chanteurs n’ont ni l’age ni le physique du rôle, et la lecture du sur titrage implique de la concentration. Un effort intellectuel, autant minime qu’il soit, est demandé – ce n’est pas à l’opéra qu’on trouvera du « temps de cerveau disponible ». Enfin il est difficile d’avoir une place quand un titre couru ou un chanteur célèbre est programmé.

Et pourtant tous les opéras de France font le plein. Les reproches faits aux théâtres lyriques sont infondés : comment prétendre qu’ils n’attirent pas de public alors qu’en moyenne 95% des places sont vendues ? Comment prétendre qu’ils sont trop chers ? Le prix maximum à l’Opéra National de Paris est de 160€. A comparer avec le Royal Opera House (Londres), qui monte à 285€ ! Les places à 100€ et plus sont rarissimes en province, ce qui pour un spectacle qui convoque un chœur, un orchestre, des solistes et tout le personnel « invisible » n’est pas excessif. Il y a autant de sièges vendus à l’Opéra de Marseille qu’au Stade Vélodrome en une saison. Les contre-arguments de l’impopularité de l’art lyrique ne manquent pas.

Crédit photographique : © DR

(Visited 283 times, 1 visits today)

Plus de détails

Leurs disparités en France en font leur force : si aucune maison d’opéra ne se ressemble, leurs saisons sont en tout logique fortement individualisées. Organisation, montage de spectacles, répartition territoriale, modèle économique… Tous les sujets sont abordés dans ce dossier sur le monde lyrique dans l’hexagone. Pour accéder au dossier complet : L’opéra en France

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.