Plus de détails

Liège. Salle Philharmonique. 20-I-2008. Olivier Messiaen (1908-1992) : …Des canyons aux étoiles… Bruce Richards, cor ; Jean-Frédéric Neuburger, piano. Orchestre Philharmonique de Liège, direction : Pascal Rophé

Messiaen 2008

Comme deux fois par saison, la salle philharmonique et l’Orchestre Philharmonique de Liège offrent à leurs publics un festival. Après les Ballets russes et Brahms, l’année dernière et en attendant une nouvelle manifestation 100% Brahms au printemps, les musiciens liégeois franchissent l’Atlantique pour présenter, en 10 jours intenses à Liège et Bruxelles, les musiques des Amériques. Le programme propose autant des concerts symphoniques que des récitals de piano et même une soirée tango et bossa-nova. En matière de musique symphonique, la programmation n’oublie pas les grands tubes de Gershwin ou Copland, mais elle s’aventure vers une pièce phare de la modernité pas si souvent donnée : Amériques de Varèse ou sort largement des sentiers battus avec le Concerto n°2 pour piano et orchestre de Mac Dowell, l’un des premiers compositeurs majeurs des Etats-Unis.

Le présent programme combinait la thématique « Amériques » avec le Centenaire Messiaen. D’ailleurs, Jean-Pierre Rousseau, le directeur général de l’OPL, avait convié Claude Samuel, le grand coordinateur de l’année Messiaen, à introduire cette gigantesque partition. Des canyons aux étoiles est la pièce orchestrale la plus vaste et monumentale du compositeur par son programme et par sa durée supérieure à l’heure et demie. Commandée pour les célébrations du bicentenaire des Etats-Unis (1776), la pièce, composée entre 1971 et 1974, fut créée à New York en 1974. Pour s’imprégner du climat américain, Messiaen visita le site de Bruce Canyon dans l’Utah d’où ce titre. Cette œuvre présente, comme toujours, chez Messiaen, une référence religieuse, ainsi l’âme doit s’élever des canyons aux étoiles, et même plus haut par une glorification de Dieu dans toutes ses créations terrestres et spirituelles. Mais au-delà ces allusions, des canyons aux étoiles se veut aussi une œuvre « géologique, astronomique » et une « partition couleur » qui reprend toutes les teintes de l’arc en ciel et des roches des Grands canyons. La partition qui utilise des chants d’oiseaux, particulièrement ceux de l’Utah et des îles Hawaï, se décompose en douze pièces réparties au long de trois parties. Reçue avec grand succès, Des canyons aux étoiles fut pour Messiaen, l’occasion d’une récompense très rare, une montagne de l’Utah fut baptisée, en 1977, de son nom.

Grand interprète de Messiaen, fait ressortir toute la force et l’énergie intrinsèque de cette musique, réussissant à captiver l’auditoire tout au long de la pièce par son attention aux dynamiques et gradations. Les musiciens liégeois sont toujours investis quand il s’agit de musique « contemporaine », ils livrent ici une prestation absolument magistrale avec des cuivres d’une précision et d’un galbe uniques ; les vents offrant quant à eux, un festival de couleurs. Dans le célèbre et redoutable « Appel interstellaire » pour cor solo, Bruce Richard fait preuve d’une technique et d’une musicalité exemplaires parvenant à tendre le discours à l’extrême faisant de chaque note un véritable drame intérieur. La partie, toute aussi exigeante, pour piano solo, était tenue par le très jeune (né en 1986) Parisien . Ce jeune artiste témoigne d’une maîtrise de tous les instants et d’une grande compréhension du langage du compositeur.

Ce Messiaen magmatique et volcanique s’impose comme un très grand moment de musique. Assez peu programmée, cette pièce mérite de marquer le répertoire à l’image de la Turangalîla, car cette musique de lumières et de tensions est une expérience auditive absolument unique.

Crédit photographique : © DR

Plus de détails

Liège. Salle Philharmonique. 20-I-2008. Olivier Messiaen (1908-1992) : …Des canyons aux étoiles… Bruce Richards, cor ; Jean-Frédéric Neuburger, piano. Orchestre Philharmonique de Liège, direction : Pascal Rophé

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.