À emporter, Actus Prod, CD, Musique symphonique

Marek Janowski, Brahms et Bruckner

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : symphonies n°2, en Ré majeur, Op. 73 ; symphonie n°3 en fa mineur, Op. 90. Pittsburgh Symphony Orchestra, direction : Marek Janowski. 1 SACD Pentatone. Référence PTC 5186 308. Code barre : 8 27949 0386 4. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Enregistré en concert en 2007 à Pittsburgh. Durée : 79’17

 

Le chef d’orchestre , bien connu des mélomanes parisiens, se voit offrir, par la firme Pentatone, l’opportunité d’enregistrer quelques uns de ses chevaux de bataille qu’il fréquente avec assiduité et succès depuis de nombreuses années.

Presque septuagénaire, ce musicien reste l’un des meilleurs bâtisseurs d’orchestre de notre époque, un directeur musical de premier plan qui sait faire bûcher des orchestres en difficulté. On se souvient des résultats magistraux obtenus à la tête du philharmonique de Radio-France à une époque où les autres orchestres parisiens traversaient une sévère crise d’identité. Le savoir-faire du chef a ensuite fait des merveilles à Monte-Carlo et maintenant auprès de l’orchestre de la Suisse Romande.

Second volet d’une intégrale des symphonies de Brahms avec le dont il est le chef invité, ce présent volume témoigne d’un caractère musical bien trempé. La symphonie n°2 est emportée avec une énergie de tous les instants et même parfois un peu trop de verticalité. Le premier mouvement abandonne tout esprit pastoral et impose des climats tragiques et urgents ; le second est très sombre et s’appuie sur les teintes très mates de l’orchestre et les deux derniers pêchent par un peu trop de brutalité. La symphonie n°3 est plus sereine dans sa restitution, avec un second mouvement très décanté et musical. Janowski, tout en gardant une optique « rapide » fait chanter la musique. Globalement, l’orchestre américain s’avère de très haut vol, mais le fondu des phrasés manque un peu de fini ou de sécurité avec un chef qui, en concert, prend tous les risques. Cela étant, nos oreilles, souvent sollicitées par de nombreuses références, resteront fidèles à Levine (DGG) et Abbado (DGG) pour se limiter à deux grands enregistrements modernes.

Anton Bruckner (1824-1896) : symphonie n°9 en ré mineur. Edition Nowak. Orchestre de la Suisse Romande, direction : Marek Janowski. 1 SACD PTC 5186 030. Code barre : 8 27949 00306. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Enregistré en 2007 au Victoria Hall de Genève. Durée : 62’01

On monte d’un sérieux cran avec une Symphonie n°9 de Bruckner très impressionnante par son énergie et la tension qui s’en dégage. Certes, l’orchestre de la Suisse Romande ne possède pas le fini des grandes phalanges internationales : certaines attaques manquent de précision ; ni le vécu brucknérien d’Amsterdam, Vienne, Berlin ou Dresde ; mais la phalange helvète présente des teintes claires et une articulation lumineuse des cordes qui apportent un éclairage intéressant sur cette musique. Janowski impose une interprétation à sens unique basée sur l’urgence des climats. Le premier mouvement puissant et rapide impose d’emblée un ton sombre et rocailleux. Le scherzo, pris modérément, tend encore plus le discours tandis que l’adagio final, mené avec tact, est un peu avare d’abandon. En dépit de cette dernière réserve, ce disque est l’une des meilleures versions modernes avec le dernier témoignage de Wand à Berlin (RCA) et Skrowaczewski (Œhms). Enregistré dans l’acoustique ample et chaude du Victoria Hall, ce disque est rehaussé d’une prise de son de haut vol.

Plus de détails

Johannes Brahms (1833-1897) : symphonies n°2, en Ré majeur, Op. 73 ; symphonie n°3 en fa mineur, Op. 90. Pittsburgh Symphony Orchestra, direction : Marek Janowski. 1 SACD Pentatone. Référence PTC 5186 308. Code barre : 8 27949 0386 4. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Enregistré en concert en 2007 à Pittsburgh. Durée : 79’17

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.