Carmen-banniere-728x90

L’orchestre en couleurs

À emporter, Actus Prod, CD, Musique et cinéma, Musique symphonique

Couleur d’orchestre. Documentaire. Réalisation : Marie-Claude Treilhou. Production : Les Films d’Ici / Richard Copans / Orchestre de Paris. Sortie le 19 mars 2008. Durée : 120’

 

Les Films d’Ici

Alors qu’on s’interroge de plus en plus sur l’avenir de l’orchestre symphonique, menacé par la diminution de subventions, par une relative désaffection du public ou par l’émulation technologique, voilà que sort Couleur d’Orchestre, un hommage émouvant à une formation musicale qui a fait les grandes heures de la musique classique, à cet ensemble majestueux capable d’exprimer une infinité de sensations, de surprendre ou d’attendrir.

Ce documentaire de deux heures, sans voix off, sans musique de fosse nous fait vivre le quotidien d’un grand orchestre, et pas des moindres puisqu’il s’agit de l’, bien connu des lecteurs de ResMusica. Une évocation brute et saisissante, tournée sans moyen, à la manière de l’émission Strip-Tease, qui éclaire avec subtilité les coins d’ombre et mystérieux dans lesquels on ne nous laisse jamais pénétrer, par peur de briser la magie. En effet, quand le mélomane n’entend qu’un son homogène et sans fausse notes sur sa chaîne hi-fi, quand il ne voit que des queues de pie interprétant sur scène avec assurance et sérieux un répertoire enchanteur, Marie-Claude Treilhou nous propose au contraire de passer de l’autre côté du décor. Dans les coulisses, l’orchestre symphonique prend une toute autre dimension. Ce film est témoin des passions que suscite cette formation, témoin du travail gigantesque que l’interprétation d’une œuvre exige en amont, et surtout de la logistique mise en branle pour que nos oreilles puissent être satisfaites.

Nous suivons les heureux ou malheureux candidats au concours d’embauche, nous assistons à des répétitions où se mélangent humour (un chef perd sa baguette), sérieux (un pupitre profite de la pause pour répéter un passage difficile) et conflit (un musicien conteste la disposition de son pupitre dans l’orchestre), nous découvrons les tracas du quotidien (un chef qui a égaré ses lentilles, des copies non conformes, des réunions administratives), interceptons des confidences entre musiciens. Se promenant dans tous les coins du Théâtre Mogador, la caméra de la réalisatrice suit chaque acteur de l’orchestre : des personnalités comme le Directeur Musical de l’ , le chef invité , la compositrice Edith Canat de Chizy, attentive à l’interprétation que fait l’orchestre de sa nouvelle œuvre Les Rayons du Jour (présent aussi sur le CD monographique de cette créatrice), le colosse accessoirement pianiste virtuose aussi bien que le directeur de l’orchestre, l’attachée de presse, le responsable du planning, les stagiaires du CNSM, les machinistes ou l’équipe de Radio Classique qui couvre le concert.

Pour tout amateur de musique symphonique, Couleur d’Orchestre s’avère donc un documentaire essentiel, à voir et à revoir…

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.