À emporter, CD, Musique symphonique

Les débuts de Václav Talich et la Philharmonie Tchèque au disque

Plus de détails

Bedřich Smetana (1824-1884) : Má Vlast. Philharmonie Tchèque, direction : Václav Talich. 1 CD Opus Kura OPK2075. Pas de code barre. Enregistré à Prague en 1929. ADD [mono]. Notices bilingues (japonais, anglais) bonnes. Durée : 78’15

 

4582158680755C’est en 1919 que le chef d’orchestre tchèque Václav Talich (1883-1961) prend la direction de la Philharmonie Tchèque de Prague, faisant de cet ensemble l’une des plus prestigieuses formations du monde. Véritable chantre de la musique slave (Josef Suk et Bohuslav Martinů lui dédieront des œuvres), cet immense musicien, qui interprétait tout aussi bien et Wagner, imposera son style si personnel à sa phalange et marquera ses élèves qui ont pour nom Karel Ančerl (qui continuera son œuvre) ou Charles Mackerras.

Peu de mélomanes savent que a enregistré par trois fois le cycle complet de poèmes symphoniques Má Vlast (Ma Patrie) de  : sur 78 tours His Master’s Voice en 1929 et en 1941, et sur microsillon Supraphon en 1954, cette dernière version étant la plus connue. Mais il ne faut surtout pas sous-estimer les deux premières gravures qui nous proposent des comparaisons passionnantes, notamment cette version de 1929 sous rubrique, qui constitue les véritables débuts au disque de Talich et sa Philharmonie Tchèque.

Écoutez déclamer comme personne le thème principal de la Moldau aux flûtes, à 3’25 – ce qu’on n’entend que trop rarement – et vous saurez que seul , avec son disciple Karel Ančerl, a su maîtriser et traduire avec la même chaleur, la même fougue les épisodes typiquement bohèmes (comme La Moldau ou Par les Prés et les Bois de Bohème) ainsi que les poèmes épiques ou dramatiques où l’ombre de Wagner reste en filigrane. Talich était à la musique tchèque ce que Furtwängler était à Beethoven, Brahms ou Wagner ; et Smetana, en vrai Slave, a su retenir de Wagner les caractéristiques essentielles, dont le leitmotiv, tout en laissant chanter cette musique dans ce qu’elle a d’essentiel : l’âme du peuple tchèque, son passé historique, sa grandeur.

Ce n’est pas pour rien que Ma Patrie symbolise si bien ce que cette nation a de plus profond (Rafael Kubelík notamment l’a gravée pas moins de cinq fois), et cette version de 1929 que nous offre Opus Kura dans cette rare interprétation de Talich est, sinon la plus parfaite au niveau de la gravure, du moins la plus juvénile, la plus enthousiaste et détendue, alors que celle de 1941 sera la plus dense, la plus sombrement passionnée, la plus chargée de signification d’espérance dans le contexte de la Seconde Guerre Mondiale, et c’est d’ailleurs un geste d’autant plus merveilleux que ce soit la filiale allemande de la Gramophone Company, Electrola, qui ait procédé à ce deuxième enregistrement en pleine tourmente, donnant au monde un message d’amour qu’il ne faut jamais oublier, surtout en ces temps secoués par tous ces troubles politiques mondiaux…

Inutile de souligner la perfection des transferts proposés par Opus Kura, qui sont à la hauteur de l’interprétation de Talich, en étant bien plus clairs que ceux de l’édition Russian Compact Disc de 1997 (RCD70001). Ils nous offrent ce sommet musical dans les meilleures conditions d’écoute possibles : un respect absolu de l’enregistrement original, des raccords de face inaudibles, une pureté des timbres étonnante pour l’époque, même si la tolérance d’un bruit de fond relativement important est de mise, vu l’âge et la rareté de la gravure.

Plus de détails

Bedřich Smetana (1824-1884) : Má Vlast. Philharmonie Tchèque, direction : Václav Talich. 1 CD Opus Kura OPK2075. Pas de code barre. Enregistré à Prague en 1929. ADD [mono]. Notices bilingues (japonais, anglais) bonnes. Durée : 78’15

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.