Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Les Sacqueboutiers : un combat de Tancrède et Clorinde délicatement théâtral

Plus de détails

Blagnac. Grand auditorium d’Odyssud, le 29-03-2008. Dario Castello (c1590-c1644) : Sonata sopra la battaglia ; Paolo Qualiati (1555-1628) : Carro di fedelata d’amor ; Alexander Gœhr (1932)  : Paraphrase pour clarinette solo sur le madrigal il Combattimento di Tancredi e Clorinda ; Claudio Monteverdi (1567-1643) : Il Combattimento di Tancredi e Clorinda ; Adriana Fernandez, soprano ; Juan Sancho, ténor ; Furio Zanassi, ténor ; François Lemoine, clarinette ; Jean-Pierre Canihac et Marie Garnier-Marzullo, cornets ; Daniel Lassalle et Sylvain Delvaux, sacqueboutes  ; Christine Payeux, viole et violone ; Eduardo Egüez, luth ; Yasuko Uyama-Bouvard, orgue positif.

L’idée de départ est à la fois très audacieuse et tout à fait irrésistible. et Daniel Lassalle sont les fondateurs des Sacqueboutiers, il y a déjà 30 ans. Cet ensemble toulousain reconnu comme une référence en musique ancienne, est admiré dans le monde entier et a été nominé aux dernières victoires de la musique classique. Il a une expérience incroyable de la musique de Monteverdi avec 5 enregistrements des Vespres de le Vierge à son actif ! Lorsque l’envie d’interpréter le Combat de Tancrède et Clorinde en remplaçant les instruments à cordes par sacqueboutes et cornets à bouquin les saisis, il est tout simplement impossible de résister à l’envie de partager cette expérience avec eux. Les premières rencontres de musique anciennes en Midi-Pyrénées, à Blagnac ont tout naturellement accepté ce programme si original autour cette belle idée.

La première partie du concert nous a permis de découvrir deux œuvres très agréables et inconnues de et Paolo Qualiati contemporains de Monteverdi. Du premier, la sonate après la bataille est bien en lien avec l’aspect martial de l’œuvre maîtresse du programme tandis que le mini-opéra du second loue la fidélité amoureuse. Les deux ingrédients immémoriaux qui inspirent le chef-d’œuvre de Monteverdi sont donc exposés tour à tour avant d’être mêlés.

Pour la deuxième partie, la paraphrase pour clarinette d’Alexander Gœhr est une surprise totale. À la manière des sequenza de Luciano Berio il s’agit d’un morceau poussant l’instrumentiste aux limites de son art. François Lemoine est à la fois brillant et très émouvant dans cette partition exceptionnelle. Par ailleurs le timbre de sa clarinette montre un rapprochement imprévu avec la sonorité si subtile du cornet à bouquin qui devient à la fois ancêtre de la clarinette et du hautbois.

Crédit photographique : © Patrice Nin

Plus de détails

Blagnac. Grand auditorium d’Odyssud, le 29-03-2008. Dario Castello (c1590-c1644) : Sonata sopra la battaglia ; Paolo Qualiati (1555-1628) : Carro di fedelata d’amor ; Alexander Gœhr (1932)  : Paraphrase pour clarinette solo sur le madrigal il Combattimento di Tancredi e Clorinda ; Claudio Monteverdi (1567-1643) : Il Combattimento di Tancredi e Clorinda ; Adriana Fernandez, soprano ; Juan Sancho, ténor ; Furio Zanassi, ténor ; François Lemoine, clarinette ; Jean-Pierre Canihac et Marie Garnier-Marzullo, cornets ; Daniel Lassalle et Sylvain Delvaux, sacqueboutes  ; Christine Payeux, viole et violone ; Eduardo Egüez, luth ; Yasuko Uyama-Bouvard, orgue positif.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.