Plus de détails

Jean-Sebastien Bach (1685-1750)  : Prélude BWV 999, Suite BWV 997, Sonate pour violon seul BWV 1001, Partita pour violon seul BWV 1004. Filomena Moretti, guitare. 1 CD Transart Live TR147 code barre 3 760036 921478. Enregistré en concert en mai 2005 à l’auditorium de Cavriago (Reggio Emilia). Notice bilingue Français, Anglais. Durée : 69’05’’

 

Enregistrer en concert reste un exploit, surtout pour un récitaliste, tant les difficultés sont à leur paroxysme. Mais la volonté de rendre la musique la plus vivante possible en tant que véhicule de partage implique la confrontation avec le public. Serait-ce cette démarche qui incite à ne jamais franchir les portes d’un studio ? A 35 ans, la guitariste n’a commis que des enregistrements en concert soit quatre disques dont seul celui consacré à Villa-Lobos (Transart Live TR138) nous a laissé un peu sur notre réserve surtout comparé aux autres qui sont d’excellente facture.

En main donc, le deuxième volume consacré à Bach par . Comme dans le précédent, nous trouvons le livret peu intéressant voire même assez douteux. Dire, par exemple, que Bach dédia probablement les préludes BWV 999 et 997 à nous parait assez hasardeux. Nous ne sommes sûrs que d’une rencontre entre les deux maîtres en 1739 grâce au témoignage de Johann Elias Bach qui était alors secrétaire de son illustre cousin alors que ces deux préludes sont antérieurs. La dédicace peut avoir eu lieu par la suite mais sans aucune trace sur le sujet, l’assertion est particulièrement osée. Passons donc sur ce livret et consacrons nous à l’écoute de ce disque.

Le Prélude BWV 999 date de la période de Köthen et est un des chevaux de bataille des guitaristes en herbes et des pianistes depuis que Czerny l’inséra parmi les Douze petits préludes ou exercices pour les commençants. Cette « petite » pièce est une excellente entrée en matière qui nous révèle le jeu clair et bien équilibré de Filomena Moretti. Comme pour nombre des œuvres dites pour luth de Bach, la Suite (ou Partita) BWV 997 a probablement été écrite pour clavecin, l’étendu demandée sur la plupart des sources (quatre octaves et une quinte) ne pouvant être assurée par un luth. Les tablatures (prélude, sarabande et gigue uniquement) détenues par la bibliothèque de la ville de Leipzig sont de Weyrauch (1694-1741) et présentent une partie supérieure abaissée d’une octave. Toujours est-il que cette œuvre sonne magnifiquement au luth et à la guitare. Son écriture extrêmement dépouillée et sobre met en valeur la richesse harmonique de ces instruments. Une fois de plus, Filomena Moretti fait preuve d’un équilibre remarquable et d’une très belle régularité dans l’attaque ce qui apporte un phrasé magnifique tout spécialement dans la fugue et le double.

La Sonate pour violon seul BWV 1001 a fait l’objet de nombreuses transcriptions des guitaristes et luthiste peut-être parce que la fugue référencée pour luth sous le BWV 1000 est une pièce maitresse du répertoire que chacun souhaitent inclure dans son œuvre originel. La transcription de Filomena Moretti est humble, sans esbroufes ni surcharge. Il en ressort sobriété et délicatesse et se ressent dans le jeu. Notons un très beau rubato dans le presto pourtant redoutable pour l’interprète qui semble se jouer de la difficulté technique pour ne révéler que l’excellence de la musique.

Pour finir la Partita pour violon seul BWV 1004. La chaconne conclusive est une des pièces majeures depuis la transcription qu’en fit Andrés Segovia en 1935. Tout comme la sonate précédente, les guitaristes nous offre de plus en plus l’intégralité de la partita dont cette chaconne est la pièce maîtresse. Filomena Moretti s’est approprié totalement l’œuvre dans son ensemble, la revisitant sobrement. Elle offre une propreté de jeu incroyable pour un enregistrement public. Pourtant, les auditeurs font généralement preuve d’indulgence tant la mise au programme d’un concert de cette partita est déjà un gage de courage. Mais là, la qualité d’interprétation est telle qu’on croirait entendre un enregistrement issu du confort du studio si ce n’était le son qui, tout au long de ce disque, a ce côté cru d’un enregistrement sur le vif. Une belle prouesse car aucune attention n’est portée à la technique mais uniquement au plaisir du jeu.

Tout au long du disque, on sent le calme, presque le recueillement de Filomena Moretti face à cette œuvre qu’elle maîtrise avec brio. La précision de sa main gauche lui permet d’offrir la chaleur, l’équilibre et la clarté nécessaire à l’austérité et la majesté de l’écriture.

Un enregistrement de Bach digne de figurer dans toutes bonnes discothèques. Il ne manque que les applaudissements pour que l’on puisse se croire sur place à ce concert où les auditeurs ont du vivre un moment magique.

Plus de détails

Jean-Sebastien Bach (1685-1750)  : Prélude BWV 999, Suite BWV 997, Sonate pour violon seul BWV 1001, Partita pour violon seul BWV 1004. Filomena Moretti, guitare. 1 CD Transart Live TR147 code barre 3 760036 921478. Enregistré en concert en mai 2005 à l’auditorium de Cavriago (Reggio Emilia). Notice bilingue Français, Anglais. Durée : 69’05’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.