Plus de détails

Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Sonate n°2 op. 123  ; Sonate n°1 op. 32. Edouard Lalo (1823-1982) : Sonate en la mineur. Raphaël Chrétien, violoncelle ; Olivier Peyrebrune, piano. 1 CD Ligia Digital Lidi 030219108. Enregistré en février 2008. DDD. Notice bilingue (français, anglais). Code barre : 3 487549 901918. Durée : 73’36’’

 

Voici un enregistrement qui donne l’impression d’être à côté. Rien de bien choquant, rien de bien époustouflant, on est juste à côté. C’est-à-dire ni dans la musique, ni avec les musiciens. Si l’interprétation est globalement soignée, elle laisse cependant un arrière-goût d’inachevé, et est desservie par la prise de son. Est-ce dû au lieu d’enregistrement – le Grand Auditorium de Caen – ou à un choix délibéré ? On a l’impression que les micros sont positionnés loin des instruments et, comme dans un concert en plein air, on voudrait tendre l’oreille pour mieux profiter des subtilités des œuvres et des élans des interprètes.

et nous livrent des passages piano d’une grande délicatesse – soulignons notamment le jeu très perlé du pianiste dans les aigus. Les élans rythmiques sont rendus avec beaucoup d’énergie, servis par un jeu très précis, incisif. Cependant, il manque à cet enregistrement l’âme d’une interprétation commune : les deux instrumentistes semblent jouer l’un à côté de l’autre, sans respiration commune, sans la fusion qu’appelle une sonate pour deux instruments. Si le piano s’emporte dans un tourbillon de notes, le violoncelle reste en retrait, alors même que l’écriture lui aurait permis de vibrer avec la même effusion. Si le violoncelle entonne une mélodie poignante, le piano égrène son accompagnement sans réellement le mettre au service de la même émotion intime.

Les styles respectifs des compositeurs et les instruments étaient la promesse de sonorités chaleureuses, de phrases où chaque son s’inscrit dans une cohérence mélodique, d’un lyrisme parfois très intime, parfois très extraverti … tout cela est pressenti, amorcé, mais jamais vraiment abouti. Comme si les deux musiciens avaient enregistré avant d’avoir réellement mûri leurs interprétations.

Rien de bien exceptionnel, dans un sens ni dans un autre, juste le plaisir d’entendre de belles œuvres, mais la frustration de ne pas être happés par elles.

Plus de détails

Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Sonate n°2 op. 123  ; Sonate n°1 op. 32. Edouard Lalo (1823-1982) : Sonate en la mineur. Raphaël Chrétien, violoncelle ; Olivier Peyrebrune, piano. 1 CD Ligia Digital Lidi 030219108. Enregistré en février 2008. DDD. Notice bilingue (français, anglais). Code barre : 3 487549 901918. Durée : 73’36’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.