À emporter, CD, Musique d'ensemble

Zad Moultaka, Voyage réussi sur une autre planète vocale

Plus de détails

Zad Moultaka (né en 1967) : Khat (2007) ; La Scala del cielo (2006) ; Zikr (2003) ; Neb Ankh (2007) ; Enluminures (2005) ; Vision (2007) ; Fadia Tomb El-Hage : contralto. Ars Nova : ensemble instrumental ; Chœur de chambre les Éléments, direction : Joël Suhubiette. 1 CD L’Empreinte Digitale ED13231 ; Code : 0 826596 025568 ; Enregistré à Paris en 2007 ; Notice et traduction des textes chantés en trois langues (Français, Anglais, Arabe) ; Durée : 59’39’’.

 

Les Clefs ResMusica

Voilà un CD qui ne laissera pas indifférent ! Ceux qui aiment la voix, le chant choral ou soliste se doivent de découvrir ces œuvres absolument nouvelles dans une interprétation d’une virtuosité et d’une musicalité rare. est un compositeur qui aime la voix et le texte chanté et dont la sensibilité au monde contemporain est particulièrement lucide. Libanais élevé dans la guerre, puis jeune musicien du conservatoire de Paris il a été un élève brillant et un excellent pianiste, mais c’est en tant que compositeur qu’il atteint des sommets. Il peut paraître banal de dire que les œuvres de ce CD sont neuves mais l’impression faite est que nous abordons quelque chose de jamais entendu et de très touchant. Comme des «visions auditives».

Khat dont la création cet été, en présence du compositeur, avait fait grande impression ouvre un voyage dans le temps et dans l’espace. Quelques percussions, et ce sont des phonèmes, des productions vocales déliées du sens qui s’emparent de l’auditeur. Et c’est de cette absence de sens, ce vague repérage de sons connus, qui fait naître une émotion assez hors du commun, comme un langage qui serait à la fois des origines et du futur. La virtuosité du chœur Les Eléments, dans une superbe prise de son qui rend chaque chanteur présent, est également surnaturelle avec des nuances extrêmes. Un choc !

La Scala del cielo, sur un texte en italien d’après le Livre des morts des anciens égyptiens, demande un chœur mixte et deux pianos. Paraissant plus «classique» cette musique illustre un texte fort qui parle de guerre et de mort et nous entendons des bombes et des cris de détresse. Un univers noir que les Libanais entre autres connaissent trop bien. Des sonorités rares et des effets étonnants sont obtenus par un piano détourné d’un jeu habituel sur les touches. Vocalement la partition est très exigeante. À noter des sonorités rauques et primitives utilisées dans le registre grave de tous les pupitres qui semblent hors d’âge. Zikr sur un texte latin du XVIe siècle permet d’entendre la superbe voix naturelle de Fadia Tomb, associée avec bonheur à un ensemble instrumental et un chœur mixte avec une construction polyphonique à l’antique offrant pourtant nombre de surprises.

Nous n’allons pas détailler toutes les œuvres ici présentes qui s’échelonnent de 2003 à 2007. Toutes prouvent l’originalité du compositeur , son amour et sa parfaite connaissances des possibilités des vois humaines. Les Eléments superbement conduits par en sont des interprètes particulièrement inspirés. Fadia Tomb el-Hage partage avec l’écriture du compositeur une complicité évidente. Signalons encore la série d’Enluminures, sur des poèmes de Georges Shehadé, pour neuf voix de femme solistes, d’une poésie surnaturelle irrésistible.

La présentation de ce CD, enchâssé dans un superbe petit livre, est particulièrement luxueuse. Les textes de présentation des œuvres sont simples d’accès et très documentés. De superbes photos en noir et blanc de Catherine Pellion démontrent un choix éditorial de très grande qualité. La prise de son est admirable permettant une écoute des détails très précise, dans un ensemble d’une grande cohérence. Un choc vous dis-je ! Pourquoi résister à cette proposition de voyage ?

Plus de détails

Zad Moultaka (né en 1967) : Khat (2007) ; La Scala del cielo (2006) ; Zikr (2003) ; Neb Ankh (2007) ; Enluminures (2005) ; Vision (2007) ; Fadia Tomb El-Hage : contralto. Ars Nova : ensemble instrumental ; Chœur de chambre les Éléments, direction : Joël Suhubiette. 1 CD L’Empreinte Digitale ED13231 ; Code : 0 826596 025568 ; Enregistré à Paris en 2007 ; Notice et traduction des textes chantés en trois langues (Français, Anglais, Arabe) ; Durée : 59’39’’.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.