À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Grâce aux Modigliani, Haydn s’échappe de sa momie

Plus de détails

Joseph Haydn (1732-1809) : Quatuor à cordes en si bémol majeur « Lever de soleil » op. 76 n °4 (Hob. III 78) ; Quatuor à cordes en sol mineur « Le cavalier » op. 74 n °3 (Hob. III 74) ; Quatuor à cordes en sol majeur op. 54 n° 1 (Hob. III 58). Quatuor Modigliani : Philippe Bernhard, Loïc Rio, violons ; Laurent Marfaing, alto ; François Kieffer, violoncelle. 1 CD MIRARE : MIR 065 ; Code 3 760127220657 ; Enregistré en Janvier 2008 ; Textes de présentations en français, anglais, allemand ; Durée : 59’57’’.

 

Les Clefs ResMusica

En concert déjà les qualités du avaient éclatées magistralement en transfigurant . Leur premier CD de mars 2006 consacré à Schumann, Mendelssohn et Wolf a obtenu les honneurs de la critique. Leur carrière les appelle dans le monde entier avec un succès retentissant. Il nous faut aussi rendre les armes, et louer la capacité de ces jeunes prodiges à œuvrer à la résurrection de Haydn.

Non que papa Haydn ait été oublié, lui seul capable d’écrire des quatuors que Mozart lui-même admirait et à qui il a répondu comme on sait. Non, de belles versions très respectueuses lui ont été dédiées par les meilleurs quatuors à cordes et depuis longtemps. Mais là il se passe quelque chose de bien différent avec les Modigliani, déjà immédiatement perceptible en concert, mais qui contre toute attente survit à l’enregistrement : Haydn sort du mausolée dans lequel la déférence l’avait enfermé et il se lève, jeune, ardent, bouillonnant, plein d’un humour subtil.

S’il était un seul exemple qui vous convaincrait ce serait le final du «lever du soleil» dans une accélération folle et jubilatoire, tout comme le dernier mouvement «du cavalier» qui a une autorité épanouie rare et décoiffante qui devrait achever de vous faire succomber. Pour qu’une telle énergie diffuse si librement, il faut que ces artistes puissent s’appuyer sur une technique parfaite et une écoute de tous les instants. Il paraît étriqué après la leçon de musicalité et de souplesse donnée par ces jeunes artistes de louer leurs qualités purement instrumentales et bien pourtant il faut le faire car la virtuosité leur semble naturelle, les couleurs sont nombreuses et les nuances subtiles. Chacun est un soliste absolu, offrant son art au groupe et ne cherchant jamais à briller seul. Ils ont simplement toutes les qualités imaginables avec la simplicité des vrais grands artistes. Les Modigliani viennent de trouver leur auteur de prédilection qui leur va à ravir et qu’ils ressuscitent en sa belle jeunesse. Vivement une suite parmi les 68 (véritables) quatuors de Haydn!

La prise de son est spacieuse aérée et franche. Le CD est bien présenté avec des textes éclairants. Voici une interprétation qui fera date, véritablement inoubliable !

(Visited 429 times, 1 visits today)

Plus de détails

Joseph Haydn (1732-1809) : Quatuor à cordes en si bémol majeur « Lever de soleil » op. 76 n °4 (Hob. III 78) ; Quatuor à cordes en sol mineur « Le cavalier » op. 74 n °3 (Hob. III 74) ; Quatuor à cordes en sol majeur op. 54 n° 1 (Hob. III 58). Quatuor Modigliani : Philippe Bernhard, Loïc Rio, violons ; Laurent Marfaing, alto ; François Kieffer, violoncelle. 1 CD MIRARE : MIR 065 ; Code 3 760127220657 ; Enregistré en Janvier 2008 ; Textes de présentations en français, anglais, allemand ; Durée : 59’57’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.