À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Beethoven par Murray Perahia, profondeur et magnificence !

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonates pour piano op. 26, 14 et 28. Murray Perahia, piano 1 CD Sony Classical. Code barre : 8 86973 26462 1. Enregistré en 2008. Notice trilingue : allemand, anglais, français. Durée : 71’06’’

 

Un an après un très beau CD consacré à Bach, revient sur la scène du disque avec un enregistrement consacré à . Il retourne à ses amours romantiques. Et à Beethoven dont il avait déjà gravé certaines sonates pour piano. Et encore une fois, les caractéristiques du précédent CD (consacré à Bach) sont tout à fait valables : « Légèreté, finesse, grâce, conduite pensée et pesée des voix dont la lisibilité n’en ressort que clarifiée, tempo mesuré, nuances subtilement amenées, toucher incontestablement peaufiné, sensibilité distillée… tout ceci fait montre d’un art de jouer du piano en maître. »

En effet, que ce soit dans les mouvements allegro ou les parties plus lentes, Perahia mesure à chaque fois et le tempo et le poids de chaque note dans des phrases à la fois délicates et génératrices d’une puissance intérieure indéniable. Ecoutez le finale de l’op. 26, le Rondo : Allegro comodo de l’op. 14 n°1 ou encore le Scherzo de l’op. 14 n°2, à la fois allègres et envoûtants ! Le pianiste fait bien ressortir les tensions internes, les conflits qui émanent de ces pièces tout en respectant l’architecture et en en donnant une lecture à la fois profonde et accessible, le tout sans effort apparent. En témoigne par exemple l’Allegro initial de l’op. 28 (Pastorale) dont l’équilibre entre les différentes parties permet à l’auditeur une lecture sereine et une émotion intense.

Car nul doute, Perahia a compris Beethoven, a ressenti Beethoven et magnifie Beethoven. On pourrait même dire qu’il incarne la pensée de Beethoven à travers chaque ornement (Ah la délicatesse des appoggiatures et des trilles dans le thème du premier mouvement à variations de l’op. 12 ! Que de charme dans le thème initial du premier mouvement de l’op. 14 n°2), chaque rythme, à l’instar de la « Marche funèbre sur la mort d’un héros », troisième mouvement de l’op. 26, chaque articulation sur chaque note (cf. l’Andante de l’op. 14 n°2), chaque nuance, chaque dynamique au sein d’une texture dense parfaitement retranscrite et rendue d’un point de vue émotionnel, sans pathos, sans excès mais avec quel style ! En témoigne par exemple l’Andante de l’op. 28. Vraiment du grand art ! D’autant que la prise de son sert magnifiquement ces très belles interprétations.

Et encore une fois, à consommer sans modération… et à offrir à noël !

(Visited 168 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonates pour piano op. 26, 14 et 28. Murray Perahia, piano 1 CD Sony Classical. Code barre : 8 86973 26462 1. Enregistré en 2008. Notice trilingue : allemand, anglais, français. Durée : 71’06’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.