À emporter, CD, Musique d'ensemble

Musique d’ensemble anglaise de la Renaissance (suite)

Plus de détails

The Walsingham Consort Books (1588). Ensemble La Caccia avec Philippe Malfeyt, luth, Liam Fennelly, dessus de viole, Thomas Baeté, basse de viole, Frank Liégeois, cistre, Wim Maeseele, pandore, Guy Penson, virginal, Susan Hamilton, soprano et Patrick Denecker, flûtes à bec et direction. 1 CD Ricercar 275, collection English Consort Music, code-barre 5400439002753 Enregistré en l’église Saint-Jean l’évangéliste de Beaufays (Belgique) en février 2008. Notice trilingue en français, anglais et allemand. Durée : 65’55.

 

Grande spécialité anglaise, la musique d’ensemble pour whole consort (ensemble d’instruments appartenant à la même famille) a cohabité à la fin de la Renaissance avec celle écrite pour broken consort (ensemble d’instruments n’appartenant pas tous à la même famille). On sait même très précisément que ce broken consort était formé de six instruments : le luth (instrument principal), trois instruments mélodiques (une flûte, un dessus de viole et une basse de viole) et deux instruments harmonico-rythmiques (le cistre et le pandore, instruments à cordes pincées métalliques). Suivant les habitudes de l’époque, l’édition en partitions complètes, avec les parties disposées verticalement les unes sous les autres, n’existait pas et seule avait cours l’édition – ou la copie manuscrite – en parties séparées avec un livre par instrument. La collection Walsingham est pratiquement complète : on dispose ainsi de quatre livres sur les six prévus et, par comparaison, il a été possible de reconstituer les fascicules manquants.

Cet enregistrement nous propose donc quelques pièces tirées de cet ouvrage plus quelques autres appartenant au même genre ou bien plus simplement contemporaines de ce dernier.

Avouons-le franchement : la grande majorité des vingt-deux pièces du programme, qui sont des arrangements de morceaux supposés être très connus à l’époque, ne déchaîne pas très spontanément l’enthousiasme. On les écoute au début de chaque plage avec intérêt puis assez rapidement, une certaine lassitude se fait jour en dépit de tous les efforts des interprètes, l’, qui se donnent à fond et dont il faut saluer la virtuosité et la grande justesse de style. Malheureusement, seules quelques rares pièces se détachent du lot : une poignée des numéros purement instrumentaux et quelques airs qui mettent en lumière la soprano écossaise Susan Hamilton. Un air anonyme est particulièrement beau : The Dark is my Delight, sur une poésie de John Marston (1576–1634). On y retrouve la meilleure veine d’un Byrd ou d’un Dowland, chanté et accompagné à la perfection.

Si le reste intéressera à coup sûr les amateurs inconditionnels de danses de la Renaissance, cela fait tout de même un peu léger pour l’honnête homme mélomane de base. Disque de qualité mais très peu grand public.

Plus de détails

The Walsingham Consort Books (1588). Ensemble La Caccia avec Philippe Malfeyt, luth, Liam Fennelly, dessus de viole, Thomas Baeté, basse de viole, Frank Liégeois, cistre, Wim Maeseele, pandore, Guy Penson, virginal, Susan Hamilton, soprano et Patrick Denecker, flûtes à bec et direction. 1 CD Ricercar 275, collection English Consort Music, code-barre 5400439002753 Enregistré en l’église Saint-Jean l’évangéliste de Beaufays (Belgique) en février 2008. Notice trilingue en français, anglais et allemand. Durée : 65’55.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.