Concerts, La Scène, Musique symphonique

Francesco Tristano Schlimé, exceptionnel

Plus de détails

Luxembourg. Philharmonie, 21-V-2009. Nicolaï Golovanov (1891-1953) : Ouverture Russe ; Serge Prokofiev (1891-1953) : Concerto pour piano et orchestre n°3 en ut majeur op. 26 ; Alexander Glazounov (1865-1936) : Symphonie n°6 en ut mineur op. 58. Francesco Tristano Schlimé, piano ; Orchestre National de Russie, direction : Mikhaïl Pletnev

Ce n’est pas la première fois que Francesco Tristano Schlimé joue avec . En 2000, il avait fait ses débuts aux USA en tant que soliste à ses côtés avec le même . Ils s’étaient encore tous retrouvés en 2005, pour l’enregistrement du Concerto pour piano n°5 de Serge Prokofiev à Moscou. Mais ce soir, la soirée était un peu particulière, les artistes jouant gracieusement au bénéfice de l’association SOS village d’enfants.

nous donna une interprétation résolument moderne, élégante et souple du populaire Concerto pour piano n°3 de Prokofiev. Une interprétation toute en nuance, raffinée et intelligente, plus féline que burlesque, avec un premier mouvement superbement rythmé, plein de relief. Le jeune pianiste s’affirme comme l’un des meilleurs talents de la jeune génération. Il fait preuve d’une technique admirable, ses longs doigts fins dansant, bondissant, volant sur les touches avec une maturité et une aisance remarquables. Le second mouvement était particulièrement souple et émouvant avec des effets jazziques où le soliste semblait particulièrement à l’aise, lui qui se passionne aussi pour le jazz et adore mélanger les genres. Enfin, dans le troisième mouvement, le pianiste ondulait, scandait de tout son corps dans un jeu de dialogue fougueux et moqueur avec l’orchestre..

En introduction, l’Ouverture Russe dirigée toute en puissance par était une découverte intéressante pour le public. Le chef et son orchestre ont pleinement mis en évidence le tempérament impétueux et énergique de son compositeur.

Après la pause, la Symphonie n°6 de Glazounov ravit le public par une interprétation particulièrement colorée d’une partition tantôt grave, profonde et triste, tantôt joyeuse et animée, avec un finale ample et majestueux. Mikhaïl Pletnev, bien que peu démonstratif, aux gestes calmes et précis, dirige l’Orchestre National de Russie avec une technique parfaitement maîtrisée, transmettant beaucoup de passion et celui ci a montré ses qualités de tout grand orchestre.

Crédit photographique : © DR

Plus de détails

Luxembourg. Philharmonie, 21-V-2009. Nicolaï Golovanov (1891-1953) : Ouverture Russe ; Serge Prokofiev (1891-1953) : Concerto pour piano et orchestre n°3 en ut majeur op. 26 ; Alexander Glazounov (1865-1936) : Symphonie n°6 en ut mineur op. 58. Francesco Tristano Schlimé, piano ; Orchestre National de Russie, direction : Mikhaïl Pletnev

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.