Haydn, suite… et presque fin !

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Joseph Haydn (1732-1809) : Quatuors à cordes op. 33, n° 5, Hob. III. 41 en sol majeur ; n° 2, Hob. III. 38 en mi bémol majeur ; n° 1, Hob. III. 37, en si mineur ; n° 3, Hob. III. 39 en ut majeur ; n° 6, Hob. III. 42 ; n° 4, Hob. III. 40 ; Quatuor à cordes en ré mineur op. 42, Hob. III. 43. Quatuor Festetics. 2 CD Arcana A414. Code-barre : 8033891690007. Enregistré à Budapest, Salle de Répétition de la Philharmonie, du 28 avril au 3 mai 2006. Notice quadrilingue (français, anglais, italien et allemand). Durée : 144’55’’.

 

La dernière parution de l’intégrale des quatuors à cordes de par le est tout aussi éblouissante que les volumes déjà disponibles. Une fois achevé, l’ensemble constituera, avec celui du Quatuor Mosaïque, une référence dans l’interprétation de Haydn sur instruments d’époque.

Soucieux d’authenticité, les musiciens des Festetics ont choisi de présenter les œuvres dans l’ordre de leur parution initiale qui «constitue sans doute l’ordre de la composition, ou du moins, l’ordre que Haydn choisit pour la publication», comme le précise le livret.

Cet enregistrement se caractérise par une interprétation dynamique et inspirée. L’ampleur et la liberté des coups d’archet, qui ne tombent jamais dans l’excès, créent une atmosphère chaleureuse. La vivacité des mouvements rapides assure un contraste avec les mouvements lents plus intériorisés, dominés par une sonorité douce et apaisée.

Outre ce dynamisme, on notera un remarquable sens stylistique, notamment dans les «Scherzi» qui remplacent les menuets, l’une des innovations les plus marquantes de l’opus 33. Le caractère de ces mouvements est encore indécis et change d’une pièce à l’autre, entre la danse de cour et l’»amusement» comme le suggère le terme. Les musiciens s’y adaptent parfaitement et nous offrent différentes facettes du scherzo naissant.

On appréciera les moments d’humour, très présents dans la partition, mis en évidence par une exécution pleine d’esprit. L’opus 33 est complété par l’opus 42, d’une quinzaine de minutes à peine, tout aussi brillamment interprété avec d’extraordinaires nuances. Les musiciens ont réussi à trouver un tempo approprié à chaque œuvre, ce qui donne à leur jeu une assurance supplémentaire.

«Ils sont d’un genre tout à fait nouveau et particulier», affirmait le compositeur à propos de ses Quatuors op. 33. Des CD qui gagneront une place «tout à fait particulière» en cette année marquant le bicentenaire de la disparition de Haydn, créateur du genre.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.