À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Weinberg : « Staline est mort, vive le quatuor ! »

Plus de détails

Mieczyslaw Weinberg (1919-1996) : Quatuors à cordes, vol. 2 : Quatuor n°7 op. 59 ; Quatuor n°11 op. 89 ; Quatuor n°13 op. 118. Quatuor Danel : Marc Danel, 1er violon ; Gilles Millet, 2nd violon ; Vlad Bogdanas, alto ; Guy Danel, violoncelle. 1 CD CPO 777 392-2. Code barre : 7 61203 73922 6. Enregistré en 2006 au Studio Stolbergstrasse, Cologne. Notice trilingue (français, anglais, allemand) de David Fanning. Durée : 64’05’’

 

Le deuxième volume de l’intégrale en cours des 17 quatuors de Mieczyslaw Weinberg par le Quatuor Danel permet de mieux saisir le parcours personnel du compositeur et valide l’intérêt musical de ce vaste corpus.

Le premier volume réunissait deux quatuors séparés par près de quarante années mais qui avaient tous deux la 2nde guerre mondiale comme toile de fond, avec le paradoxe que celui composé en 1981 était plus hanté par les événements de la guerre que celui de 1944. Les quatuors composant le présent disque, écrits respectivement en 1957, 1966 et 1977, s’inscrivent davantage dans le contexte politique de l’URSS et la relation de Weinberg avec son ami Chostakovitch.

Le Quatuor n°7 est le plus long (près d’une demi-heure), le plus accessible et le plus ambitieux des trois quatuors réunis sur ce disque. Il a été composé en 1957, onze années après le Quatuor n°6, ce long silence étant causé par les attaques menées par Jdanov en 1948 contre les compositeurs « formalistes » dont Weinberg faisait partie avec Chostakovitch. La douleur rentrée du premier mouvement, les danses fantomatiques du deuxième, et le déchaînement tout de tension crispée de l’Allegro final sont caractéristiques de la meilleure musique composée au temps de l’ère soviétique, quand elle exprimait ce qu’il était impensable de dire. Le Quatuor n°11 est insaisissable, perpétuellement entre deux eaux, sans temps fort ou point saillant auquel se raccrocher. Le Quatuor n°13 (1977) est le premier que Weinberg ait écrit après la mort de son ami Chostakovitch, intervenue en 1975. Il est marqué par des accents déclamatoires, d’une raideur qui est de la révolte intériorisée.

Comme dans leur volume précédent, les Danel ont la densité, l’interprétation blanche et nue, le style propre à l’esthétique russe à laquelle ils ont été formés par le Quatuor Borodine. Le Quatuor n°7 est de grande qualité, mais l’austérité des Quatuors n°11 et 13 rend préférable de commencer la découverte des quatuors de Weinberg par le premier volume.

(Visited 86 times, 1 visits today)

Plus de détails

Mieczyslaw Weinberg (1919-1996) : Quatuors à cordes, vol. 2 : Quatuor n°7 op. 59 ; Quatuor n°11 op. 89 ; Quatuor n°13 op. 118. Quatuor Danel : Marc Danel, 1er violon ; Gilles Millet, 2nd violon ; Vlad Bogdanas, alto ; Guy Danel, violoncelle. 1 CD CPO 777 392-2. Code barre : 7 61203 73922 6. Enregistré en 2006 au Studio Stolbergstrasse, Cologne. Notice trilingue (français, anglais, allemand) de David Fanning. Durée : 64’05’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.