À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Francesca da Rimini de Zandonai : Dantesque !

Plus de détails

Riccardo Zandonai (1883-1944) : Francesca da Rimini. Mise en scène, décors, costumes et lumières : Massimo Gasparon. Avec : Daniela Dessì, Francesca ; Fabio Armiliato, Paolo ; Giacinta Nicotra, Samaritana ; Alberto Mastromarino, Giovanni ; Giuseppe Altomare, Ostasio ; Ludovit Ludha, Malatestino ; Domenico Colaianni, il Giullare ; Roberta Canzian, Biancafiore ; Rossella Bevacqua, Garsenda ; Giorgio Casciarri, Malatestino Dall’Occhio ; Francesco Zingariello, Ser Toldo Berardengo ; Francesca Rinaldi, Altichiara ; Angela Masi, la schiava Smaragdi ; Sabrina Modena, Adonella. Coro Lirico Marchigiano « V. Bellini » (chef de chœur : Carlo Morganti), Orchestra Filarmonica Marchigiana, direction : Maurizio Barbacini. Réalisation télévisée : Michelangelo Rossi. 1 DVD Arthaus Musik 101 363. Code barre 9 783941 311176. Filmé au festival de Macerata (Italie), 2004. Langue : italien. Sous-titrage en anglais, allemand, français et espagnol. 4 : 3 Letterbox, son PCM Stéréo, DD 5, 1, DTS 5, 1. Zone 0. 2h17’

 

Les Clefs ResMusica

Créée en février 1914 à Turin, Francesca da Rimini, tragédie en quatre actes, constitue non seulement le chef-d’œuvre de , mais aussi l’un des fleurons de la production lyrique transalpine au XXe siècle. Le livret, rédigé par l’éditeur Ricordi à partir de la pièce homonyme de D’Annunzio, elle-même inspirée d’un épisode de la Divine comédie de Dante, n’y est pas étranger. «Tristan italien», comme l’intitule fort justement Richard Eckstein, rédacteur du livret d’accompagnement, l’ouvrage conjugue épisodes intimes et scènes spectaculaires pour peindre une tragédie amoureuse mythique. Zandonai s’en est emparé pour signer une partition lumineuse et envoutante, avec une écriture vocale héritée de la grande tradition italienne, un savoir-faire harmonique qui l’apparente davantage à l’école française et une réelle originalité en matière d’orchestration. Avec Francesca da Rimini, partition souvent enivrante, il s’affirmait comme l’un des créateurs les plus originaux de son époque, cherchant à imposer un style nouveau, tournant résolument le dos au vérisme sans céder à la tentation du néo-classicisme.

Le spectacle, présenté au festival de Macerata en 2004, demeure toujours lisible dans ce large cadre, à défaut de briller par son originalité. Unique maître d’œuvre de la partie scénique, Masssimo Gasparon mise en effet avant tout sur une présentation luxueuse. Dans un habile dispositif d’inspiration baroque, il joue de costumes éclatants jusqu’à frôler le kitsch, ainsi que d’éclairages hollywoodiens. Sa régie s’inscrit dans une agréable convention, avec une mise en place bien réglée et une direction d’acteurs sans aucune surprise. C’est en fait le charisme scénique du couple vedette qui permet à cette présentation d’échapper à la routine.

Unis à la ville comme à la scène, et s’engagent en effet avec une rare énergie dans leurs personnages, qui y gagnent aussitôt une grande crédibilité. Le ténor surmonte un relatif manque de séduction dans le timbre ainsi qu’un passage vers l’aigu parfois délicat, pour imposer un chant volontaire et généreux. La soprano, qui peine par instant à contrôler le vibrato, s’impose en tête de distribution, avec un chant large et fier, capable cependant des plus délicates nuances, une adéquation stylistique parfaite et un aigu triomphant. Nous n’imaginons pas quelle cantatrice, à ce jour, pourrait dresser un portait vocal et scénique aussi éloquent de Francesca.

Le personnage de Giovanni, le boiteux, n’appelle pas de raffinement scénique, mais l’on peut regretter que le chant d’ se révèle aussi fruste. Parmi des seconds rôles inégaux, nous retiendrons la basse sonore de Giuseppe Altomare, malheureusement d’une maladresse scénique inqualifiable, et la bonne prestation du ténor Ludovit Ludha dans le rôle du borgne Maltestino, le Melot de service. mène les forces orchestrales et chorales avec enthousiasme, attentif à soutenir les chanteurs comme à faire briller les mille feux de la partition. Il participe à la réussite de ce spectacle, dont la captation permettra à tous ceux qui l’ignorent encore, de se familiariser avec un authentique chef-d’œuvre, dans l’attente d’une production parisienne qui figurerait dans les projets de Nicolas Joël.

 

Plus de détails

Riccardo Zandonai (1883-1944) : Francesca da Rimini. Mise en scène, décors, costumes et lumières : Massimo Gasparon. Avec : Daniela Dessì, Francesca ; Fabio Armiliato, Paolo ; Giacinta Nicotra, Samaritana ; Alberto Mastromarino, Giovanni ; Giuseppe Altomare, Ostasio ; Ludovit Ludha, Malatestino ; Domenico Colaianni, il Giullare ; Roberta Canzian, Biancafiore ; Rossella Bevacqua, Garsenda ; Giorgio Casciarri, Malatestino Dall’Occhio ; Francesco Zingariello, Ser Toldo Berardengo ; Francesca Rinaldi, Altichiara ; Angela Masi, la schiava Smaragdi ; Sabrina Modena, Adonella. Coro Lirico Marchigiano « V. Bellini » (chef de chœur : Carlo Morganti), Orchestra Filarmonica Marchigiana, direction : Maurizio Barbacini. Réalisation télévisée : Michelangelo Rossi. 1 DVD Arthaus Musik 101 363. Code barre 9 783941 311176. Filmé au festival de Macerata (Italie), 2004. Langue : italien. Sous-titrage en anglais, allemand, français et espagnol. 4 : 3 Letterbox, son PCM Stéréo, DD 5, 1, DTS 5, 1. Zone 0. 2h17’

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.