À emporter, Audio, Cinéma

Nicholas Hooper sur le sixième volet d’Harry Potter : pari réussi !

Plus de détails

Nicholas Hooper : Harry Potter and the Half-Blood Prince. The Chamber Orchestra Of London, direction Alastair King et Nicholas Hooper. RSVP Voices – School Choir of Queen’s College. 1 CD Decca 271 0512. Code barre : 6-02527-10512. Durée : 62’38’’

 

Que les fans se rassurent : le sixième opus de la saga Harry Potter est enfin en salle ce mercredi après que sa sortie ait été décalée de neuf mois. Lord Voldemort est de retour, le monde de la magie est en effervescence et Poudlard est protégé par une immense barrière magique. C’est dans une cafétéria moldue que l’aventure commence, annonçant d’emblée la direction principale qu’a choisi le réalisateur David Yates, qui a préféré aux combats les émois d’adolescents habités par les fièvres de l’amour. Harry Potter n’a d’yeux que pour Ginny, la très possessive Lavande Brown attire Ron dans ses filets pendant qu’Hermione dissimule tant bien que mal sa jalousie. Mais le combat final approche, et Dumbledore est bien décidé à préparer Harry Potter à affronter son pire ennemi…

Ce sixième volet, bien que rapidement expédié sur la fin, est assurément une réussite. Il bénéficie de la technologie Imax – les douze premières minutes sont impressionnantes – et du talent de Bruno Delbonnel, chef opérateur de Jean-Pierre Jeunet, . A la musique on retrouve de nouveau , que David Yates a réussi à imposer à la production pour la seconde fois. Si beaucoup de béophiles ont semblé regretter ce retour – à tort, nous en sommes persuadés -, la déception devrait être de courte durée tant semble avoir progressé sur ce dernier volet. La noirceur de l’ensemble est à l’image du film. Même les thèmes de John Williams se sont effacés. L’orchestration est souvent très sombre : les cordes grondent, jaillissent du registre grave, bourdonnent, s’agitent, se mélangent à des nappes électroniques pendant que des chœurs mystérieux interviennent sporadiquement (Dumbledore Speech). Parfois quelques touches légères et étourdissantes viennent agrémenter la partition : le vigoureux Living Death, le jazzy Whizard Wheezes (qui n’est pas utilisé dans le film)… La partition est également marquée par des rythmiques percutantes que Nicholas semble particulièrement affectionner et qui rappellent tour à tour le style Mediaventures et les gigues irlandaises (The Weasley Stomp…), et des tonalités celtiques plutôt bienvenues que Patrick Doyle avaient déjà expérimentées sur le quatrième volet (Farewell Aragog). L’émotion n’est pas en reste ; outre le précité Farewell Aragog, on pourra écouter avec plaisir la harpe celtique intimiste et discrète de When Ginny Kissed Harry, et le requiem déchirant qui accompagne la mort de Dumbledore et qui s’avère le meilleur morceau du disque (Dumbledore’s Farewell).

Pour connaître la suite, il faudra désormais attendre Harry Potter and the Deathly Hallows, dont les deux parties sont respectivement prévues pour novembre 2010 et pour l’été 2011. Selon le producteur David Heyman John Williams aurait déjà donné son accord de principe, exauçant ainsi les souhaits de nombreux fans.

(Visited 232 times, 1 visits today)

Plus de détails

Nicholas Hooper : Harry Potter and the Half-Blood Prince. The Chamber Orchestra Of London, direction Alastair King et Nicholas Hooper. RSVP Voices – School Choir of Queen’s College. 1 CD Decca 271 0512. Code barre : 6-02527-10512. Durée : 62’38’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.