Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Rondo en do majeur op. 51 n°1 et2 ; Andante « Favori » en fa majeur WoO 57 ; Rondo en si bémol majeur Kinsky-Halm Anh. 6 ; Sept Bagatelles op. 33 ; Alla ingharese quasi un capriccio en sol majeur op. 129. Natalia Valentin, piano. 1 CD Paraty. Référence et code barre : 3 576071 091041. Enregistrement réalisé en avril 2009 à Varallo Sesia, en Italie, sur un fortepiano anonyme du XVIIIe siècle. Notice trilingue (anglais, espagnol, français) de Adélaïde de Place et Christopher Clarke. Durée : 56’11’’.

 

Saluons d’emblée l’important travail de recherche et les patientes campagnes de restauration qui ont été menées sur le fortepiano, sans lesquels ce disque n’aurait pas vu le jour. Les études sur l’interprétation de n’ont pas été inutiles, bien au contraire : elles nous permettent de découvrir de nouvelles facettes de la musique de Beethoven.

porte un regard neuf sur cette musique, servie par la sonorité perlée et vivifiante de l’instrument. Dans ce disque, elle s’écarte du répertoire des sonates et variations pour piano, si régulièrement interprétées, pour renouer avec le jeune Beethoven du tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Avec les Rondos, l’Andante «Favori» et les Bagatelles, nous voici plongés dans la légèreté de la Vienne de cette époque. On retrouve la marque de Mozart et surtout l’empreinte de Haydn : ce dernier, qui fut le professeur de Beethoven, vivait encore à Vienne au moment de la composition de ces œuvres.

La pianiste parvient à leur insuffler ce qu’il faut de nervosité, de grâce et d’élégance. Le ton est juste, le jeu adroit et maîtrisé. Ces petites œuvres sans prétention servent de prétexte à des traits virtuoses, martèlement d’accords, arpèges décomposés, octaves ou gammes fusées, interprétés avec espièglerie. L’accompagnement est parfois un peu sonore, certains passages semblent peut-être moins spontanés, mais dans l’ensemble, l’enregistrement se distingue par sa simplicité intérieure et chantante, son humour, et sa légèreté souriante, qui culminent dans le Rondo en si bémol majeur. L’articulation et les phrasés parfaitement maîtrisés n’entravent en rien le ton juvénile, les facéties et le feu caractéristiques de ce cycle. Avec cet enregistrement et le talent de Natalia Valentin, voici un nouveau coup de maître du jeune label Paraty.

(Visited 93 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Rondo en do majeur op. 51 n°1 et2 ; Andante « Favori » en fa majeur WoO 57 ; Rondo en si bémol majeur Kinsky-Halm Anh. 6 ; Sept Bagatelles op. 33 ; Alla ingharese quasi un capriccio en sol majeur op. 129. Natalia Valentin, piano. 1 CD Paraty. Référence et code barre : 3 576071 091041. Enregistrement réalisé en avril 2009 à Varallo Sesia, en Italie, sur un fortepiano anonyme du XVIIIe siècle. Notice trilingue (anglais, espagnol, français) de Adélaïde de Place et Christopher Clarke. Durée : 56’11’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.